Cet article date de plus de trois ans.

Au Texas, un père se bat contre l’exécution de son fils qui a assassiné sa famille

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Brut : Kent Whitaker
Article rédigé par
France Télévisions

Bart Whitaker doit être exécuté le 22 février prochain pour avoir commandité l’assassinat de sa propre famille, en 2003. Son père, seul survivant, se bat pour qu’il échappe à la peine de mort.

Ce père a pardonné l’impardonnable. En décembre 2003, à Houston au Texas, Kent et Tricia Whitaker rentrent du restaurant avec leurs deux fils, Kevin et Bart. Mais en ouvrant la porte, le plus jeune fils, Kevin, se retrouve face à face avec un homme armé qui ouvre le feu. Lui et sa mère meurent sur le coup touchés tandis que Bart et Kent sont blessés mais restent en vie. 

Sur son lit d'hôpital, Kent décide de ravaler son désir de vengeance afin de pardonner, sans même connaître le meurtrier : "Je ne peux pas vraiment bien l’expliquer mais je pense que c’est Dieu qui m’a aidé cette nuit à l’hôpital." Pour ce père de famille très pieux, le pardon était la seule voie possible pour prendre le chemin du deuil : "Le pardon vous aide à atteindre le point où vous êtes capable de guérir." Mais plus d’un an après les faits, l'enquête aboutit. C’est son fils Bart qui a commandité l’assassinat de sa propre famille. Il avait engagé un tireur, lui donnant pour instruction de le débarrasser de ses deux parents et de son frère car il était "fatigué d’être [lui]" et voulait se "venger d’être en vie". En 2007, il est jugé et condamné à mort au Texas. Son exécution est prévue le 22 février 2018.

"Je sais qu’il a des remords. Il n’est plus la même personne"

Mais Kent Whitaker demande clémence pour son fils. Dans une lettre adressée au gouverneur de l'État, il le supplie de commuer sa peine en prison à perpétuité. "Je sais qu’il a des remords. confie-t-il. Il n’est plus la même personne, il a 38 ans maintenant. Il a passé les onze dernières années en prison et il a été un prisonnier modèle pendant tout ce temps." Toutefois, pour le procureur, la sentence est irrévocable : "Justice a été faite sur cette affaire." À présent, seul le gouverneur ou un juge peut annuler l’exécution de Bart Whitaker.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droit et justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.