Musiciens classiques : comment maintenir l’excellence sans concerts ?

Privés de concerts, de nombreux artistes doivent malgré tout continuer de s'exercer pour maintenir leur niveau. La soprano Jeanne Gérard et le violoncelliste Gautier Capuçon livrent leurs rituels. 

FRANCE 2

Qu’ils soient chanteurs ou instrumentistes, les musiciens classiques traversent également une période difficile. Sevré de concerts, leur niveau leur interdit pourtant le moindre relâchement. Tous les matins pendant deux heures, la chanteuse Jeanne Gérard s'astreint au même rituel : exercices de respiration, de vocalise, de yoga. Un entraînement digne d’un sportif de haut niveau. "L'opéra est un genre très exigeant et qui nécessite de faire des choses pas très naturelles avec sa voix. Notre travail est de donner l’illusion que c’est facile. Pour cela il faut travailler régulièrement, c’est de l’horlogerie suisse”, explique la chanteuse.

Une mécanique de haute précision

Le violoncelliste Gautier Capuçon s’est blessé à la main : un accident domestique qui lui a valu 8 points de suture à la main et les remontrances de son chirurgien. Car les mains et les doigts sont des "instruments" qu'il faut choyer en permanence. A un tel niveau, la pratique d’un instrument est une mécanique de haute précision. Chaque muscle doit être travaillé. "Si j'arrête de jouer pendant cinq jours, je vais perdre beaucoup sur ce muscle [du pouce]. Et quand je vais reprendre, si je ne prends pas le temps de le remuscler, alors là je risque de me faire mal", explique Gautier Capuçon. Le musicien profite donc de chaque moment pour jouer. Mais il n’aspire qu’à une seule chose : retourner sur scène devant son public.

Le JT
Les autres sujets du JT
Musiciens classiques : comment maintenir l’excellence sans concerts ?
Musiciens classiques : comment maintenir l’excellence sans concerts ? (FRANCE 2)