EN IMAGES. L’hommage du photographe José Nicolas au Tchad et à ses héros anonymes

Jusqu’au 13 janvier 2019, l’Espace photo du Perche, à Bellême, expose les clichés de José Nicolas consacrés à ses nombreux voyages au Tchad. Fin août, un livre tiré de ses archives, TCHAD 1980-1997, est paru aux éditions Imogene. "Ce pays guerrier est majestueux par ses ethnies et ses paysages. Il a sublimé mon regard pendant des années, de l'enfance à aujourd'hui", raconte le photographe.

"J’ai préfacé ce magnifique livre d’un amoureux du Tchad. J’ai connu José dans les années 80 dans un Tchad en guerre, mais il en montre surtout les vrais héros, ses habitants, qui survivent aussi bien au désert qu’aux querelles humaines. Ils sont le Tchad", écrit son ami, le journaliste Pierre Haski.

José Nicolas est né en 1956. Parachutiste dans sa jeunesse, il est réformé à 29 ans après avoir été pris pour cible par un sniper à Beyrouth. Sa rencontre en 1982 avec le French Doctor Bernard Kouchner, qui vient de créer Médecins du Monde, est déterminante. Pendant six ans, il photographie l’action de cette association médicale militante. José Nicolas travaille comme photoreporter pour l’agence Sipa pendant dix ans et couvre de nombreux conflits internationaux. Grièvement blessé en 1994 au Rwanda, il devient indépendant et décide alors de se consacrer à des sujets plus sociétaux et environnementaux.

113
Depuis la case du directeur de l’Hôpital sans Frontière de N’Djamena, vue sur le spectacle permanent des pirogues traversant le fleuve Chari entre Kousseri, au Cameroun, et la capitale du Tchad. JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
213
Les porteuses d’eau, en colonne, se dirigent vers les lopins de terre qui leur ont été attribués, à la sortie de N’Djamena. JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
313
Sur la route de Mao, des enfants improvisent des jeux. JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
413
La région pastorale du Kanem reçoit entre 50 et 300 millimètres de pluie par an, un volume peu propice à l’agriculture. JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
513
Fuyant les combats à Abéché, des refugiés arrivent à N’Djamena. JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
613
Un combattant toubou veille sur la palmeraie de Faya-Largeau.JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
713
Sages-femmes d’une maternité à N’Djamena.JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
813
Dans les palmeraies de l’Ennedi ou dans le Tibesti, le temps n’a pas prise sur les habitants. JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
913
La palmeraie de Faya-Largeau.   JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
1013
Des combattants des Forces armées tchadiennes sur un char libyen T-55. JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
1113
Programme d’agriculture dans le Guera. JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
1213
Des enfants organisent une course à dos d’âne à Beltine. JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE
1313
A Abéché, l’épouse d’un notable attend sur la piste l’avion pour la capitale.   JOSE NICOLAS, IMAGE EXTRAITE DE L’OUVRAGE "TCHAD 1980-1997" / EDITIONS IMOGENE