Hommage aux militaires tués au Mali : les proches se recueillent avant la cérémonie

Lundi 2 décembre, les proches, familles et frères d'armes des 13 militaires français tués au Mali seront dans la cour des Invalides, à Paris, pour honorer leur mémoire et leur engagement. Certains d'entre eux ont accepté de répondre aux questions de France 2 avant ce moment douloureux.

France 2

Depuis le début de la matinée, lundi 2 décembre, ils patientent à l'entrée de l'Hôtel des Invalides, à Paris, en retenant leur émotion. Thibault et Benjamin veulent se montrer dignes de leurs frères d'armes tombés au Mali. Le 4e régiment des chasseurs de Gap a payé un lourd tribut à la lutte contre les jihadistes. Ils étaient 4 dans les hélicoptères accidentés. Thibault était l'ami du maréchal des logis, Antoine Serre, 22 ans. "J'appréhende, je ne sais pas encore comment je vais réagir, mais je pense que c'est un premier pas vers le fait de réaliser que son cercueil est là, qu'il est là, qu'il est parti", explique-t-il.

"Montrer à quel point ces gens étaient des héros"

Benjamin servait, lui, sous les ordres du capitaine Romain Chomel de Jarnieu, 34 ans. Il portera devant le cercueil les décorations de son officier. "Il est nécessaire, je pense, de montrer à quel point ces gens étaient des héros. Mon capitaine était un héros, et ça l'est toujours", affirme-t-il. Les familles des soldats ont eu un moment intime dans la matinée, à l'hôpital militaire de Bercy, avant l'hommage national aux Invalides. Les 13 cercueils seront portés par les soldats de leur régiment, leurs frères d'armes, tous unis dans la même douleur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des légionnaires entourent le cercueil de Lazare Ponticelli, le dernier poilu, aux Invalides, le 17 mars 2008.
Des légionnaires entourent le cercueil de Lazare Ponticelli, le dernier poilu, aux Invalides, le 17 mars 2008. (ERIC FEFERBERG / AFP)