Nicolas Hulot : les lobbies en accusation

La présence d'un lobbyiste à une réunion entre Emmanuel Macron et les chasseurs a provoqué la colère de Nicolas Hulot. Ceux-ci sont de plus en plus présents auprès des politiques.

Voir la vidéo
FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Il est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour Nicolas Hulot : Thierry Coste, lobbyiste au service des chasseurs. Après vingt-quatre ans de lobbying, à droite comme à gauche, l'accès à la tête de l'État lui semble plus facile que jamais depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron. Il est notamment à l'origine du retour des chasses présidentielles à Chambord (Loir-et-Cher). Son argument choc est un électorat potentiel de 3 millions de personnes : les chasseurs et leur entourage.

Les lobbies pèsent de plus en plus

Face à ce pouvoir de persuasion, les lobbyistes ont la seule obligation de s'inscrire dans un répertoire officiel et de rendre un rapport annuel. Au total, 1 611 lobbies sont référencés. Il y a trois mois, une députée voulant interdire le glyphosate a subi des pressions : un lobby agricole s'est fourni son texte avant qu'elle puisse le présenter. La frontière entre intérêt privé et intérêt public est de plus en plus poreuse : 43 lobbyistes sont devenus conseillers interministériels. L'objectif est assumé : peser sur les lois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Hulot à Angers (Maîne-et-Loire), le 7 juin 2017.
Nicolas Hulot à Angers (Maîne-et-Loire), le 7 juin 2017. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)