VIDEO. Quotas de loups : les maires menacent de prendre les armes

Quinze maires des Alpes ont posé le fusil à la main et leur écharpe tricolore en bandoulière avec une pancarte pour réclamer le droit d'abattre les loups qui menacent leurs troupeaux.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Fusil en main, écharpe tricolore sur l'épaule, ils sont une quinzaine d'élus de communes rurales à prendre la pose. Avec un slogan en réponse au plan loup : "N'obligez pas les maires à faire ça". Un message fort qui sonne comme une mise en garde adressée au gouvernement et résumée par Raphael Begali, maire adjoint de Lieuche (Alpes-Maritimes) face à la caméra de France 2 : "Si vous ne faites rien, on va faire quelque chose, nous, les élus."

De nouvelles normes en 2018 ?

Deux élus d'un petit village des Alpes refusent de laisser proliférer le loup dans la région. "Les quotas de loups à abattre ne sont plus suffisants", estime Denise Leiboff, la maire de Lieuche. Pas question, pour le ministère, de revoir à la hausse le nombre d'abattages autorisés. En revanche, de nouvelles normes pourraient être imposées dès l'année prochaine pour mieux protéger les troupeaux. Une mesure portée par les défenseurs de l'animal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Loups dans le parc du Mercantour (Alpes-Maritimes), le 17 octobre 2016. 
Loups dans le parc du Mercantour (Alpes-Maritimes), le 17 octobre 2016.  (VALERY HACHE / AFP)