"Des caméras dans les abattoirs ? Moi j'en demande dans les box de négociation" : la FNSEA doute de l'application de la loi Alimentation

Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, demande que les négociations commerciales qui se tiennent entre grande distribution et industries agroalimentaires soient filmées. Ces négociations sont cruciales pour les agriculteurs.

 Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.
 Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"J'ai très peu confiance" : la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a proposé jeudi 21 février de mettre des caméras pour filmer les négociations qui se tiennent entre la grande distribution et les industries agroalimentaires, afin de vérifier si elles appliquent bien la nouvelle loi Alimentation destinée à permettre de mieux rémunérer les agriculteurs. 

franceinfo : Vous soutenez la loi Alimentation. En voyez-vous déjà les effets sur les revenus des agriculteurs ?

Christiane Lambert : On a travaillé pour la construire et mettre en place les outils qui vont permettre aux agriculteurs de retrouver de la valeur et du revenu. Encadrement des promotions, établissement d’un seuil de revente à perte pour ne pas qu’ils prennent 0% de marge sur le Nutella et 40% sur les pommes ou les côtes de porc... Mais cela ne se fait pas d’un claquement de doigts. Ils ont fait quelques opérations positives sur le lait, par contre sur la viande bovine et la viande porcine, que dalle, il n’y a pas d’avancée. C’est pour ça que nous sommes très mécontents de l’attitude des distributeurs. Nous avons demandé un arsenal de contrôles chez les industriels et chez les distributeurs pour faire la transparence sur ce qui se fait vraiment dans les box de négociations.

Vous avez demandé l’installation de caméras pour les négociations. Vous faites si peu confiance ?

J'ai très peu confiance. L’année dernière ils avaient signé une charte d’engagements et ils ne l’ont pas respectée du tout. Quand un grand distributeur comme Carrefour demande des caméras dans les abattoirs et dit qu'il n’achètera que des animaux qui seront passés devant la caméra, moi je demande des caméras dans les box de négociation.

Que leur reprochez-vous ?

Ils demandent des baisses de 1% à 4% en viande. Donc, ils disent aux agriculteurs de monter en gamme, de faire du beau, du sain, mais ils continuent à demander des baisses de prix ! Ce n’est pas sérieux ! On ne peut pas faire mieux pour moins cher. C’est ce que nous dirons aux Français qui aiment les agriculteurs. Pour aider l’agriculture, il faut manger des produits de saison, acheter des produits français et que ce ne soit pas toujours des prix au ras des pâquerettes parce que ceux-là viennent d’Argentine, du Brésil et d’ailleurs.

Que veulent les agriculteurs ?

Les agriculteurs nous attendent sur un projet et ils veulent des revenus, des perspectives et de la reconnaissance. On va pouvoir lors de ce salon, les rencontrer, interpeller les politiques sur la meilleure façon d’y arriver.

Le monde agricole a connu beaucoup de crises. Est-ce que cela va mieux ?

Il y a des secteurs qui gagnent leur vie et d’autres qui ne s’en sortent pas. Tous les secteurs ne vivent pas les mêmes difficultés chaque année. Les céréaliers ont connu de graves inondations en 2016 et un effondrement des cours. Aujourd’hui ce sont les producteurs de porcs qui vendent très peu cher. Dans le secteur laitier ça va mieux. Dans le domaine de la viande bovine ça n’est pas gagné du tout parce que le retour de marge de la part des distributeurs ne se fait pas.