VIDEO. "Vous êtes en train de nous massacrer"… échange tendu avec un éleveur de porcs suspecté de maltraitance

Alors qu'ils enquêtaient sur la filière du jambon de Parme, des journalistes d'Envoyé spécial ont tenté d'interviewer un éleveur de porcs suspecté de maltraitance. Voici leur échange, filmé en caméra cachée.

Voir la vidéo
BRUT

Ce que l'on voit comme un produit de qualité résulte en réalité d'une pratique extrêmement cruelle envers les cochons. Élevés pour faire du jambon de Parme, ils vivent dans d'abominables conditions et suscitent l'indignation de plusieurs associations de défense des animaux. Depuis deux ans, des militants de la cause animale ont notamment filmé clandestinement des fermes d’élevage. "Envoyé spécial" a accompagné deux activistes dans une de ces exploitations qui pratiquent l'élevage intensif.

Des images insoutenables

"Respectez au moins ceux qui travaillent, qui nourrissent les animaux  le samedi, le dimanche, à Noël, la nuit, s'il y a des problèmes ! Foutez-moi la paix ! Nous aussi, nous avons le droit de vivre ! Vous êtes en train de nous massacrer", a fustigé l’éleveur. Des images montrant des porcs agonisant et des cas de cannibalisme auraient donc été tournées dans sa ferme. Les journalistes ont souhaité savoir si les animaux vivaient toujours dans les mêmes conditions. "Ne vous inquiétez pas, tout va bien. Il y a les services vétérinaires, la police et tout le reste…", a-t-il alors répondu. "Les contrôles, j'en ai par dessus la tête. Montre-moi tes petites mains, ouvre ta main, regarde-la. Regarde comme elles sont belles et fraîches, ça se voit que tu n'as jamais travaillé…", a poursuivi l’éleveur de porcs.

Visé par un procès

Les journalistes enquêtaient sur la filière du jambon de parme dont 8 millions de cuisses sont vendues chaque année dans le monde. À l'époque où ont été tournées les images, la ferme était toujours en activité mais visée par un procès. L’éleveur n’a ainsi pas souhaité répondre aux questions et a fait preuve de véhémence. "Dieu te punira car ton travail, il est sale. Moi, j'ai peut-être les mains dans la merde, mais mon travail, il est propre. Et le tien, il est sale", a-t-il notamment critiqué avec virulence. Le propriétaire risque jusqu'à 30 000 euros d'amende et 18 ans de prison pour maltraitance.

VIDEO. \"Vous êtes en train de nous massacrer\"… échange tendu avec un éleveur de porcs suspecté de maltraitance 
VIDEO. "Vous êtes en train de nous massacrer"… échange tendu avec un éleveur de porcs suspecté de maltraitance  (BRUT)