Cet article date de plus de cinq ans.

Chômeurs : fausse offre, vraie arnaque

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Chômeurs : fausse offre, vraie arnaque
Chômeurs : fausse offre, vraie arnaque Chômeurs : fausse offre, vraie arnaque (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3
France Télévisions
France 3

Des dizaines de chômeurs ont été victimes d'une arnaque à l'emploi dans la région de Tours (Indre-et-Loire). De fausses offres et un stratagème qui permettaient de récupérer plusieurs centaines d'euros par chômeur. La police et Pôle emploi appellent à la vigilance.

Sylvie Palin est femme de ménage. Elle trouve souvent du travail grâce à des sites de petites annonces entre particuliers. Un jour, elle reçoit une offre d'emploi dans sa boîte mail. Du repassage, du nettoyage et un peu de cuisine. Pour Sylvie, c'est une aubaine. D'autant plus que c'est plutôt mieux payé que d'habitude : 14 euros de l'heure.

Des chèques volés

Ses clients se présentent comme de hauts fonctionnaires internationaux, et ils ont une demande un peu particulière. Avant de l'employer, ses futurs patrons lui demandent d'abord un petit service : ils lui envoient un chèque de 2 300 euros pour payer les premiers loyers de leur logement avant leur arrivée dans la région. Elle n'a qu'à encaisser ce chèque. À charge pour elle de payer leur propriétaire avec un virement. C'est son banquier qui va l'alerter : le chèque était volé. Sylvia va porter plainte avant de recevoir un dernier message intimidant.

Pierre-Yves Court, lui, est chauffeur routier. Le chèque que ses faux employeurs lui ont envoyé devait servir à louer un véhicule. Un chèque de 2 000 euros qu'on le presse d'encaisser au plus vite. Il a également porté plainte. Souvent, les fausses offres d'emploi étaient diffusées sur le site de Pôle emploi, avec un faux logo. Ce type de manipulation serait de plus en plus courant. Rien qu'au commissariat de Tours (Indre-et-Loire), une cinquantaine de plaintes ont été déposées au cours des six derniers mois pour ce type d'arnaques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.