Grève du 5 décembre : les agriculteurs ne se joindront pas à la mobilisation contre la réforme des retraites

"Nous ne nous associerons pas au mouvement du 5", a déclaré la patronne de la FNSEA, Christiane Lambert, à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre, Edouard Philippe.

La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, le 3 décembre 2019 à Matignon. 
La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, le 3 décembre 2019 à Matignon.  (MAXPPP)

Il n'y aura pas de tracteurs dans les cortèges. Les agriculteurs ne se joindront pas au mouvement social du jeudi 5 décembre contre la réforme des retraites, susceptible de revaloriser nettement les pensions des paysans, actuellement parmi les plus basses du pays, a indiqué mardi 3 décembre la patronne de la FNSEA, Christiane Lambert, à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre, Edouard Philippe.

Nous ne nous associerons pas au mouvement du 5, nous portons nos revendications agricoles. Pour le secteur agricole, nous espérons que [la réforme] sera bénéfique.Christiane Lambert

"Nous sommes aujourd'hui un des secteurs les plus mal lotis en termes de retraites, 780 euros en moyenne pour les hommes, 580 euros en moyenne pour les femmes. Sur une carrière complète, c'est misérable de toucher ce niveau de retraite", a déclaré la présidente du syndicat agricole majoritaire.

"D'autres sont calculées sur les 25 meilleures années ou sur les six dernières années d'activité, (...) donc, si demain, un euro cotisé donne les mêmes droits à tout le monde, ça ne peut être que mieux pour les agriculteurs", a ajouté Christiane Lambert.

Cette réforme, si elle améliore potentiellement le sort des futurs retraités agricoles, ne change rien à celui des retraités actuels, évoqué auprès d'Edouard Philippe. "Nous avons parlé des retraités actuels qui ne sont pas concernés par la réforme et pour lesquels nous attendons sans délai un geste de revalorisation", a conclu Christiane Lambert.