Pénibilité : colère chez les égoutiers

Les syndicats sont sortis frustrés de leur réunion jeudi 13 février à Matignon sur la réforme des retraites. Ils espéraient des annonces sur la pénibilité.

FRANCE 3

Plongés dans les entrailles des villes, ils sont le plus souvent invisibles. Alors, pour montrer leur quotidien sans prendre de risques, des égoutiers emmènent une équipe de France 3 dans l'un des rares réseaux-écoles du pays. D'entrée, l'équipement donne un avant-goût des risques du métier. "On a un masque de sauveteur, ce qui nous permet de nous mettre en sécurité en cas d'incident", explique David Perreau, égoutier.

Une espérance de vie réduite de dix-sept ans

Dans un étroit tunnel, il faut se déplacer avec précaution, à la seule lumière des lampes frontales. Depuis dix ans, Olivier Toubalem travaille sous terre dans des conditions bien plus difficiles qu'ici. "Il y a de l'humidité dans l'air, on respire toutes sortes de gaz", précise l'égoutier. Il faut inspecter et nettoyer les tunnels. Une tâche qui ne laisse pas indemne. Un égoutier vit en moyenne dix-sept ans de moins que la moyenne des Français.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les syndicats sont sortis frustrés de leur réunion jeudi 13 février à Matignon sur la réforme des retraites. Ils espéraient des annonces sur la pénibilité, qui touche par exemple le métier d\'égoutier.
Les syndicats sont sortis frustrés de leur réunion jeudi 13 février à Matignon sur la réforme des retraites. Ils espéraient des annonces sur la pénibilité, qui touche par exemple le métier d'égoutier. (FRANCE 3)