Cet article date de plus de huit ans.

11 attitudes corporelles passées au crible

Le corps parle à votre insu. Avec un peu de pratique, vous allez être en mesure de déceler les sentiments qui animent vos collaborateurs à travers leurs gestes ou la façon dont ils se tiennent.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

La compréhension du langage du corps vous permettra d'améliorer votre propre communication. Savez-vous que 55 % de la communication tient aux attitudes du corps, 38 % à la façon dont les mots sont prononcés et 7 % au sens de ces mots ? Décodage des gestes les plus fréquents :

  • Se tenir la tête dans les mains : cette position marque la réflexion.
  • Avoir les bras pliés est signe d'un sentiment de menace.
  • Hausser les épaules pour augmenter sa carrure indique une attitude de soumission.
  • Relever la tête puis les sourcils est un message d'accueil et d'intérêt pour l'interlocuteur.
  • Etre penché sur la table, tête rentrée dans les épaule et bras croisés illustrent une résistance.
  • Un corps plus détendue est signe d'ouverture et de confiance.
  • Les personnes assises en retrait prennent de la distance par rapport aux autres interlocuteurs.
  • Les épaules basses, un dos rond avec la tête penchée peuvent indiquer la tristesse ou la timidité.
  • Marcher d'un pas ferme avec le buste gonflé, les épaules en arrière et la tête bien haute peut être interprété comme une preuve d'assurance et parfois même d'arrogance.
  • Si vous croisez les bras devant vous, votre interlocuteur y verra une attitude distante, peu amicale.
  • Des bâillements, un regard fuyant ? Vous vous ennuyez !

Et vous, faites-vous attention à vos gestes ? Pensez-vous que votre corps parle pour vous ? Pour poursuivre cette note et améliorer votre communication, consultez les articles « Maitrisez votre langage corporel face au recruteur » et « Quand vos gestes parlent de vous »

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Développement personnel

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.