Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Le combat de Vanessa Nakate pour le climat en Afrique

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Elle était juste là pour les gens de son pays. Mais la militante ougandaise Vanessa Nakate a été coupée sur une photo aux côtés de Greta Thunberg. Voilà son combat pour le climat en Afrique.
BRUT
Article rédigé par

Elle était juste là pour les gens de son pays. Mais la militante ougandaise Vanessa Nakate a été coupée sur une photo aux côtés de Greta Thunberg. Voilà son combat pour le climat en Afrique.

Vanessa Nakate est la première gréviste ougandaise du mouvement pour le climat Fridays for Future. Elle est activiste depuis 2018. Suivant l'exemple de Greta Thunberg, elle a débuté en faisant la grève seule contre l'inaction par rapport aux questions climatiques en janvier 2019.

Un engagement fort

La destruction de la forêt pluviale du Congo, la précarité alimentaire et l'injustice climatique sont au cœur de l'engagement de Vanessa Nakate. L'Ouganda est un des pays qui produit le moins d'émissions de combustibles fossiles dans le monde mais il fait déjà face aux conséquences immédiates de la crise climatique.

En effet, le pays dépend énormément de l'agriculture. Des exploitations agricoles ont été détruites par la sécheresse et par des inondations causées par le réchauffement climatique et provoquant ainsi une insécurité alimentaire et économique.

Vanessa Nakate a fait le trajet jusqu'à Davos et a campé dehors pour assister au Forum Économique Mondial, avec Arctic Basecamp, une organisation chargée de faire prendre conscience de la fonte des calottes glaciaires polaires. Nakate a aussi participé à une conférence de presse aux côtés d'autres activistes du climat.

Coupée d'une photo par une agence de presse

Sur une photo de l'agence de presse AP, Vanessa Nakate a été coupée. "Pour la première fois de ma vie, j'ai saisi ce que veut dire le mot 'racisme'", souffle la jeune militante. D'autres agences telles que Reuters ont mal identifié Nakate dans une légende de photo, la confondant avec une activiste Zambienne nommée Natasha Mwansa. 

L'agence AP a annoncé que la photo avait été rognée pour des questions de mise en page et le directeur exécutif de AP a depuis présenté ses excuses. Concernant Reuters, l'agence a depuis publié une correction de la légende.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.