Dailymotion : le groupe Vivendi fait une offre de rachat

Selon "Le Monde", il se propose de racheter la quasi totalité du site pour 250 millions d’euros.

Le logo de Dailymotion.
Le logo de Dailymotion. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

C'est un candidat de taille qui se positionne. Selon Le Monde, le groupe de médias Vivendi a fait une offre de rachat sur la plateforme de vidéo Dailymotion, propriété d'Orange, lundi 6 avril. Il se propose de racheter la quasi totalité du site pour 250 millions d’euros. L’offre devrait être présentée et débattue mardi 7 avril lors d’un conseil d’administration exceptionnel de l’opérateur téléphonique, dont l’Etat est actionnaire à hauteur de 24,9 %.

Selon le quotidien, l'offre pourrait sérieusement séduire l'ancien monopole d'Eta, qui rêve d'un développement international pour sa plateforme.  "Vivendi a l’ambition de faire de Dailymotion un acteur de taille mondiale", commente un proche du dossier, cité par Le Monde.

Le groupe hongkongais PCCW jette l'éponge

Un peu plus tôt dans la journée, Emmanuel Macron avait mis fin aux espoirs d'Orange de vendre sa filiale Dailymotion à un groupe asiatique. Le groupe hongkongais PCCW a en effet annoncé, lundi 6 avril, sa décision de "mettre un terme" aux discussions pour l'acquisition de 49% de la plateforme de partage vidéo, en raison de l'opposition du gouvernement français.

"La volonté exprimée du gouvernement français de favoriser la recherche d'une solution européenne décourage la participation d'entreprises internationales. Nous avons donc décidé de mettre un terme à nos discussions avec Dailymotion et ses propriétaires actuels", explique PCCW. 

Les espoirs d'Orange de se développer en Asie douchés

En vendant 49% de sa filiale à un acteur des télécoms et des médias asiatique, le PDG d'Orange, Stéphane Richard, espérait se développer sur le continent. Mais le 31 mars, le ministre de l'Economie et de l'Industrie, Emmanuel Macron, avait douché ses espoirs. Il s'était opposé aux négociations de l'opérateur français des télécoms avec le groupe hongkongais, pour laisser le temps à un partenaire européen, voire français, de se manifester.

"Nous avons demandé à Orange de prendre en compte les éléments de la souveraineté numérique européenne", avait confirmé le ministre au Monde. "Comprendre : Dailymotion est une 'pépite' hexagonale et il serait préférable que l’opérateur privilégie des partenaires européens, voire français, pour assurer son développement", précisait le quotidien. 

Le groupe de Marc de Lacharrière (Webedia) serait aussi intéressé

Selon Le Monde, le groupe français Fimalac, dirigé par Marc Ladreit de Lacharrière, qui possède déjà le groupe de médias numériques Webedia (AlloCiné, PurePeople, PureMedias...), serait aussi intéressé par la plateforme. Les groupes allemands Axel Springer et Bertelsmann sont également mentionnés.

Orange, qui contrôle Dailymotion depuis 2012, cherche activement un partenaire en mesure de financer la croissance de cette plateforme de vidéos en ligne, qui peine à concurrencer YouTube. En 2013, le prédécesseur d'Emmanuel Macron, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, avait mis son veto à un projet de rachat de Dailymotion par le groupe américain Yahoo!.