Cet article date de plus de neuf ans.

Standard & Poor's place la zone euro "proche de la récession"

L'agence américaine de notation financière, Standard & Poor's a prédit, mercredi 30 novembre, une "légère récession" dans la zone euro au "premier semestre 2012" mais n'écarte pas le "risque d'une récession plus sévère"
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le siège de l'angence de notation Standard & Poor's à New York. (MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

L'agence américaine de notation financière, Standard & Poor's a prédit, mercredi 30 novembre, une "légère récession" dans la zone euro au "premier semestre 2012" mais n'écarte pas le "risque d'une récession plus sévère"

Dans un raport intitulé "Perspective économique européenne : le retour de la récession", publié mercredi, l'agence de notation Standard & Poor's dit s'attendre à "une légère récession au premier semestre de 2012 dans la zone euro, suivie d'une modeste reprise au deuxième semestre. L'agence considère néamoins que "le risque d'une récession plus sévère est important" : elle l'estime à "40%".

"La récession qui touche le Portugal, la Grèce et l'Espagne menace maintenant également les pays les plus solides de la zone euro telle que la France et l'Allemagne", note Jean-Michel Six, chef économiste Europe pour l'agence Standard & Poor's.

L'activité manufacturière en fort recul

En zone euro, l'activité manufacturière s'est contractée pour le quatrième mois consécutif en novembre, affectant tous les pays de l'Union monétaire même les plus solides. L'indice des directeurs d'achats (PMI) de la zone euro, baromètre de la santé du secteur manufacturier, a reculé à 47,2 points en octobre contre 49,9 points le mois précédent, ce qui représente son plus fort recul depuis juillet 2009, dit le rapport.

L'Agence indique avoir de nouveau revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2012 des pays européens. Elle estime que la France devrait connaître une progression de 0,3% du PIB en 2012 alors qu'elle prévoyait 0,8% auparavant, pour l'Allemagne elle prévoit 0,8% contre 1% et pour l'Italie 0,1% contre 0,2%.

L'agence Egan-Jones dégrade la note de la France

Autre mauvaise nouvelle, cette fois pour la France : la petite agence de notation américaine Egan-Jones a abaissé mercredi la note attribuée à la dette de la France à "A", soit 5 crans en dessous du triple A que lui attribuent les trois principales agences de notations du secteur, Standard &Poor 's, Moody's et Fitch,

La note donnée par Egan-Jones, qui était jusque-là de "AA -", a été abaissée de deux crans au vu des perspectives pour la croissance économique, les finances publiques et le secteur bancaire du pays. La France avait perdu son triple A chez dans cette agence au mois de juillet. "A mesure que la croissance de l'UE ralentira et que le chômage en France montera, les pressions budgétaires augmenteront", a estimé Egan-Jones.

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a progressé de 1,2% à 2,814 millions (+34 400), à un niveau inégalé depuis décembre 1999, selon chiffres du ministère du travail publiés lundi. La hausse du chômage devrait être la constante des mois à venir : l'OCDE prévoit que le cap symbolique des 10% sera franchi à 10,4%, fin 2012.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Budget de la France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.