Affaire Volkswagen : des tests aléatoires dès la semaine prochaine

11 millions de véhicules diesel équipés de logiciel destiné à tromper les contrôles antipollution ont été disséminés sur le marché. Les répercussions sont mondiales.  

FRANCE 2

En France, des tests aléatoires seront pratiqués dès la semaine prochaine pour savoir si d'autres constructeurs comme Volkswagen ont eux aussi tenté de tricher. Une centaine de voitures sera tirée au sort, toutes marques confondues. Les propriétaires seront libres d'accepter ou de refuser le contrôle. S'ils acceptent, pas de contrôle sur le bord de la route, mais sur un circuit en région parisienne. Objectif : vérifier que le niveau d'émission officiellement annoncé par les constructeurs correspond à la pollution émise en réalité.

Quelles sanctions ?

Les tests seront encadrés par une commission composée d'experts scientifiques, de représentants de consommateurs, des ministères de l'Écologie et de l'Industrie. Les automobilistes ne seront en aucun cas sanctionnés. Mais en cas d'écart flagrant entre la pollution annoncée et la pollution constatée, ce sont les constructeurs qui seront alors mis en cause. Ils pourraient faire l'objet de plaintes de la part des pouvoirs publics.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le logo de Volkswagen devant un concessionnaire de la marque, à Hannovre (Allemagne), le 22 septembre 2015.
Le logo de Volkswagen devant un concessionnaire de la marque, à Hannovre (Allemagne), le 22 septembre 2015. (JULIAN STRATENSCHULTE / DPA / AFP)