A quoi ressemble le plan de revitalisation des centres-villes présenté par le gouvernement ?

De nombreuses villes moyennes, de 30 à 40 000 habitants, mais également de petites villes, sont confrontées depuis des années à une "désertification" de leurs centres, au profit notamment des zones commerciales en périphérie

Le Premier ministre, Edouard Philippe, lors d\'une conférence de presse à Cahors (Lot), jeudi 14 décembre 2017. 
Le Premier ministre, Edouard Philippe, lors d'une conférence de presse à Cahors (Lot), jeudi 14 décembre 2017.  (PASCAL PAVANI / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Il y a urgence de redonner vie à des centres-villes délaissés, vidés de leurs commerces, de leurs services et parfois de leurs habitants."  En clôture de la Conférence nationale des territoires (CNT),  jeudi 14 décembre, à Cahors (Lot), Edouard Philippe a annoncé un plan pour revitaliser les centre-villes délaissés par la population et les commerces de proximité. "Notre pays est confronté depuis des années à des vitrines fermées, des immeubles dégradés, des rues délaissées qui nourrissent un sentiment d'abandon aux lourdes conséquences", a déploré le Premier ministre. 

L'Etat va ainsi mobiliser "plus de cinq milliards d'euros sur cinq ans" pour ce plan "Action cœur de ville" qui concerne en particulier les villes moyennes. Préparé par le ministre de la Cohésion territoriale Jacques Mézard, il ambitionne l'ouverture de nouveaux commerces, la rénovation de logements sociaux, la restauration de bâtiments anciens, l'emménagement de nouvelles familles, la création d'"écoquartiers" ou d'espaces publics. 

Accompagner les villes dans leur projet

Sur cinq milliards d'euros mobilisés, 1 milliard proviendra "de la Caisse des dépôts en fonds propres, 700 millions en prêts", 1,5 milliard d'Action Logement et 1 milliard de l'Agence nationale de l'habitat (Anah). L'idée est de faciliter l'accès des communes au financement de leurs projets en mettant en place un "guichet unique" pour centraliser leurs demandes. Objectif : accompagner les municipalités qui le souhaitent dans les projets de réhabilitation de leurs centres.

Développer l'offre commerciale en centre-ville 

Le gouvernement entend notamment développer l'offre commerciale en centre-ville. Pour ce faire, le plan prévoit des outils tels qu'une taxe sur les commerces vacants, ou des baux commerciaux de courte durée. Il prévoit enfin de réguler l'implantation et le développement du commerce en périphérie.

Inciter les propriétaires à rénover 

Les propriétaires seront incités à rénover les logements de centre-ville pour favoriser le maintien des résidents. L'Agence nationale de l'habitat "prévoit de consacrer 1 milliard d'euros d'aides aux travaux pour la réhabilitation, l'amélioration énergétique et l'adaptation des logements et des immeubles".

Les salariés seront incités à revenir dans les centres par le renouvellement de l'offre de logements : "Action Logement investira 1,5 milliard d'euros sous forme de subventions et de prêts pour financer des opérations d'acquisition/amélioration". Selon le cabinet de Jacques Mézard, la somme permettrait d'acquérir et réhabiliter quelque 600 immeubles par an.

Améliorer la couverture numérique 

L'amélioration de la couverture numérique et "une orientation prioritaire d'implantation des services publics dans le cœur des villes" doivent également contribuer à leur attractivité.

Le plan ne prévoit pas de liste de villes, mais s'adresse aux maires des communes intéressées. Les villes dont le projet pour le centre-ville est abouti pourront passer un contrat avec l'Etat "dès 2018". Celles dont le projet est en cours d'élaboration "seront accompagnées en 2018" pour finaliser en 2019. "On pense viser une trentaine de villes en 2018, et une trentaine en 2019", selon une source gouvernementale.