Journée mondiale de prévention de la noyade : "C'est de l'éducation de plage", explique la SNSM qui pilote en Gironde un dispositif unique de surveillance

À l'occasion de la première journée mondiale de prévention de la noyade, organisée dimanche à l'initiative de l'ONU, franceinfo a rencontré les sauveteurs de la SNSM qui surveillent une plage en Gironde avec un dispositif unique.

Article rédigé par
Margaux Queffelec - édité par Clémentine Vergnaud - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vincent Grousset occupe la vigie de la SNSM sur la plage de Vendays-Montalivet (Gironde). (MARGAUX QUEFFELEC / RADIO FRANCE)

Sur le sable mouillé de la plage de Vendays-Montalivet, en Gironde, à bord de son 4x4 blanc, Noé intervient pour éviter à une famille tout risque de noyade. "On n'ouvre cette baignade qu'à partir de 15h30 donc il faudrait vous décaler pour être en zone de bain", explique-t-il patiemment. Le père de famille s'exécute et sort de l'eau. "Il y a des règles et du courant. Il faut faire attention avec les enfants. On écoute donc sagement les conseils. Heureusement qu'ils sont là, on est rassurés." 

Si les sauveteurs sont aussi attentifs, c'est aussi parce que le contexte est sensible. Entre début juin et début juillet, il y a eu 300 noyades dont 79 mortelles, selon Santé Publique France. C'est une augmentation de 22% par rapport à 2018 et même 58% si l'on considère les seuls décès. En cause : la fermeture des piscines à cause de la pandémie de Covid-19, qui a freiné l'apprentissage de la natation pour les plus jeunes, mais aussi l'altération de la condition physique des Français pendant les confinements et une baisse globale de la vigilance. Dans ce contexte, qui est aussi mondial, l'Organiation mondiale de la santé (OMS) organise dimanche 25 juillet une journée mondiale de prévention de la noyade.

Un dispositif plus proche des baigneurs

Sur la plage de Vendays-Montalivet, ces sauveteurs de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) sont au nombre de 25. Ensemble, ils surveillent deux kilomètres de littoral, via cinq petites baraques en bois turquoise assorties à la couleur de l'océan. "On a une proximité avec les gens qu'on n'a peut-être pas sur d'autres postes de secours parce que les gens ont moins de facilité à venir nous voir sur le mirador", explique Vincent Grousset, sauveteur installé dans la vigie.

L'une des cinq cabanes de bois qui sont installées sur la plage de Vendays-Montalivet (Gironde), pour permettre aux sauveteurs de la SNSM de surveiller les deux kilomètres de littoral.  (MARGAUX QUEFFELEC / RADIO FRANCE)

"C'est de l'éducation de plage, ça ne passe que par là", raconte celui qui dirige ce dispositif unique en France, déployé en 2012. "On a énormément d'étrangers, de gens qui ne sont pas du littoral. Si on n'était pas là, il y aurait quand même beaucoup de problèmes." Cette éducation est essentielle dans une zone caractérisée par la présence de baïnes, ces bancs de sable qui créent des courants quand la marée descend. Ils sont responsables de la plupart des noyades en Gironde. 

Prendre du temps et expliquer

Et cette éducation prend du temps. "Même si ça peut être pénible pour nous de répéter à longueur de journée les mêmes choses, il faut prendre du temps et leur expliquer", affirmeTyphaine Vérot, sauveteuse depuis quatre ans. "On sait que si on dit ça aux parents, ils vont l'expliquer à leurs enfants et avoir une meilleure perception de la plage, des activités qu'ils peuvent y faire."

Il faut donc souvent récapituler les règles de base pour éviter la noyade. "Se baigner entre les drapeaux bleus, on ne le répètera jamais assez ; si on veut aller nager un peu plus au large, prendre un point de repère pour ne pas s'en écarter trop ; et lire les panneaux d'information qui sont à disposition avant d'aller à la plage pour se baigner et sécuriser son après-midi", liste ainsi Zélie France, étudiante à l'année et sauveteuse l'été. Mais les sauveteurs de la SNSM alertent aussi les parents : même en zone de baignade surveillée, c'est d'abord à eux de veiller sur leurs enfants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vacances

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.