A Capbreton, la vedette de la SNSM équipée d’une caméra thermique pour repérer plus vite les victimes

Publié
FTR
Article rédigé par
France Télévisions

Les Sauveteurs en Mer de la SNSM de Capbreton dans les Landes disposent d’un tout nouvel outil qui facilite leurs missions. Une caméra thermique qui leur permet de repérer plus rapidement une personne dans l’eau, même en cas de forte houle, de jour comme de nuit. #IlsOntLaSolution

La saison estivale est lancée et, partout sur les côtes françaises, les Sauveteurs en Mer sont sur le pont pour assurer notre sécurité. A la station SNSM de Capbreton dans les Landes, ils disposent depuis quelques temps d’une aide très précieuse : une caméra thermique qui permet de repérer plus facilement les victimes, même dans une mer déchaînée.

Gain de temps

"Plus la houle est forte, plus les personnes disparaissent entre les vagues. Donc, le but c’est d’être attentif quand on est en haut de la vague et profiter pour les visualiser", explique Patrick Muzellec, le président de la station SNSM Capbreton-Hossegor. Avec l’aide de la caméra thermique, qui dispose d’une portée d’un mille nautique (1852 mètres), les sauveteurs gagnent un temps précieux pour retrouver les victimes.

Une aide qui, la nuit, s’avère essentielle et surtout beaucoup plus efficace là aussi que les jumelles à vision nocturne utilisées jusqu’ici : "Le problème c’est que toutes les sources lumineuses de la côte sont amplifiées. Donc quand les recherches se font vers le large, c’est assez efficace ; par contre quand c’est vers la côte, on a trop de pollution lumineuse et on a une sorte de halo blanc".

Un équipement qui a un coût : 25 000 euros. La SNSM, qui a entrepris le renouvellement de sa flotte, compte équiper toutes ses nouvelles vedettes. L’occasion de rappeler que l’association fonctionne grâce à des dons privés qui représentent 70% de son financement. Les Sauveteurs en Mer sont répartis sur 214 stations de sauvetage, dont 188 permanentes, en Métropole comme en Outre-Mer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.