États-Unis : au milieu des ours et des volcans, visite de l'exceptionnelle vallée des Dix Mille Fumées en Alaska

Publié Mis à jour
États-Unis : au milieu des ours et des volcans, visite de l'exceptionnelle vallée des 10 000 fumées en Alaska
FRANCE 2
Article rédigé par
L.de la Mornais, A.Sangouard, K.Sullivan, D.Bergh - France 2
France Télévisions

Le parc national de Katmai, en Alaska, compte 90 volcans actifs, et par endroit des couches de cendre de plusieurs dizaines de mètres de haut. La région abrite également la plus grande concentration d'ours sauvages au monde. 

Pour atteindre les volcans dans leur bastion de l'extrême Pacifique, aucune route ni piste d'atterrissage. Dans cet État grand comme trois fois la France, la seule solution est l'hydravion. L'Alaska est une terre de glace, de séismes et d'éruptions, où la violence des éléments n'a d'égal que l'ampleur démesurée des paysages. Chaque jour, les visiteurs sont rares au parc national de Katmai (États-Unis). Ils prennent la direction de la vallée des Dix Mille Fumées et du cœur du parc, une gigantesque étendue et terre de cataclysmes. Les cendres de la plus violente éruption qu'a connue la planète depuis deux siècles sont encore nettement visibles. 

Les ours du parc de Katmai 

Le 6 juin 1912, le volcan Novarupta entrait en éruption. Prévenus par une série de tremblements de terre les jours précédents, les quelques habitants de la région avaient pu s'enfuir. Quelques mois plus tard, les premiers vulcanologues donnaient à la plaine de nom de vallée aux 10 000 fumées. "Les cendres ont voile toute l'atmosphère terrestre, et il y a eu une baisse de température de 2 °C sur la planète pendant environ deux ans", note Jo-Mary Peltier, géologue à l'Université de Sacramento (États-Unis).

La vallée des 10 000 fumées est ainsi sous télésurveillance en permanence. Les éruptions peuvent menacer les principaux habitants du parc : les ours. Katmai est en effet l'endroit au monde où se concentre la plus grande population d'ours sauvages. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.