Dormir avec son bébé multiplie par cinq le risque de mort subite du nourrisson

Selon une vaste étude portant sur 1 472 cas de morts subites, 22% sont survenues alors que les bébés dormaient avec leurs parents. 

Un nourrisson qui dort dans le lit de ses parents a un risque cinq fois plus élevé de mort subite, selon une étude britannique publiée le 20 mai 2013.
Un nourrisson qui dort dans le lit de ses parents a un risque cinq fois plus élevé de mort subite, selon une étude britannique publiée le 20 mai 2013. (ANDERSEN ROSS / BRAND X / AFP)

Attention au cododo. Les bébés de moins de 3 mois qui dorment dans le lit de leurs parents ont un risque multiplié par cinq de mourir du syndrome de la mort subite du nourrisson (MSN), selon une étude publiée lundi 20 mai dans la version en ligne de la revue British Medical Journal (BMJ) Open (en anglais)"Nous ne disons pas qu'il ne faut pas réconforter ou nourrir le bébé dans le lit des parents (...). Il ne s'agit pas d'un facteur de risque, dès lors que l'enfant retourne dans son berceau pour dormir", écrivent les auteurs de l'article. Ils ajoutent que le cododo est aujourd'hui de plus en plus populaire.

Que révèle cette étude ?

L'équipe du professeur Robert Carpenter, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, a rassemblé les données fournies par cinq études publiées en Europe, en Australie et en Asie, portant au total sur 1 472 cas de mort subite du nourrisson.

En étudiant ces cas, les auteurs de l'étude ont trouvé que 22% des morts subites étaient survenues alors que les bébés dormaient avec leurs parents. Ils ont estimé que parmi ces décès, la grande majorité (88%) n'auraient "probablement" pas eu lieu si les enfants avaient été couchés dans leur berceau. Selon leurs estimations, près de 50% des morts par MSN surviendraient désormais alors que le bébé se trouve dans le lit de ses parents.

Comment limiter le risque de mort subite du nourrisson ?

Le nombre de MSN a fortement baissé depuis les campagnes en faveur du couchage sur le dos des nourrissons. Il y en aurait environ 250 par an en France, selon l'Institut de veille sanitaire (INVs).

Le risque de MSN est très élevé jusqu'à six mois, avec un pic entre 2 et 4 mois, et diminue ensuite avec l'âge de l'enfant. Certains pays, comme les Pays Bas ou les Etats-Unis, déconseillent donc le cododo jusqu'à l'âge de 3 mois. De leur côté, le Royaume-Uni ou l'Australie demandent seulement aux parents fumeurs ou à ceux qui ont pris de l'alcool ou de la drogue de ne pas y avoir recours.

L'INVs préconise pour sa part "un couchage séparé mais à proximité". L'institut recommande également de ne laisser aucun objet mou dans le lit du bébé, tels qu'un oreiller, un couette ou des peluches.