Cet article date de plus de cinq ans.

La ministre Laurence Rossignol critique Pokémon Go et s'attire la colère d'utilisateurs

La ministre de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes a raillé l'application, sur Twitter. Ce qui n'a pas plu à de nombreux utilisateurs, qui lui ont fait savoir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Chasser le Pokémon peut vous conduire dans des endroits dangereux si vous ne faites pas attention.  (MAKSIM BOGODVID / SPUTNIK / AFP)

Non, Laurence Rossignol n'ira pas chasser Rondoudou. La ministre de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes a publié un message peu enthousiaste, alors que l'application Pokémon Go est enfin disponible en France, dimanche 24 juillet. "Chic ! Un nouveau jeu pour favoriser les échanges, la curiosité et l'attention à l'autre", a-t-elle écrit avec ironie, en ajoutant une photographie où figurent de jeunes gens les yeux rivés sur leurs téléphones portables. 


>> L'article à lire si vous n'avez rien compris à "Pokémon Go"

Ce tweet a suscité de nombreuses critiques, dont celle du nageur français Yannick Agnel, qui a raillé le comportement des députés dans l'hémicycle.


D'autres ont préféré insister sur la dimension sociale du jeu, alors que des chasses sont régulièrement organisées dans les lieux publics, et attirent de nombreuses personnes.


D'autres, enfin, ont exhumé une vidéo datée de 2013 où Laurence Rossignol est surprise en pleine partie de Ruzzle, un célèbre jeu pour smartphones, en plein débat sur le mariage pour tous.

Un peu plus tard, la ministre a finalement rédigé un second tweet : "Merci des témoignages sur la sociabilité du jeu". "On peut se parler gentiment", a-t-elle toutefois ajouté. Les chasseurs de Pikachu ont parfois la dent dure.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pokémon Go

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.