Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Les toilettes de Pékin se mettent à la reconnaissance faciale pour éviter la surconsommation de papier hygiénique

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Reconnaissance faciale dans des toilettes de Pekin
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Un nouveau distributeur a fait son apparition dans le parc du Temple du Ciel,  très populaire auprès des retraités qui y viennent pour leurs danses et exercices matinaux.

Dans les toilettes publiques chinoises, abus et vols de papier hygiénique sont habituels. Pour mettre fin à ce fléau, un distributeur à reconnaissance faciale a été installé dans les sanitaires du parc du Temple du Ciel, à Pékin, un lieu très populaire auprès des retraités qui y viennent pour leurs danses et exercices matinaux.

L'appareil rationne les quantités attribuées à chaque utilisateur. Il faut d'abord se placer en face de la machine. "Bienvenue ! Merci de vous placer dans la zone de reconnaissance faciale", lance une voix synthétique. Après quelques secondes, la machine libère 60 centimètres de papier. Pas un de plus.

Le robot a de la mémoire

Et si une personne tente d'abuser la machine, elle essuie un échec. En effet, si l'on se représente face à l'engin dans les neuf minutes après avoir reçu de quoi s'essuyer, il vous invite à tenter votre chance ultérieurement : "Merci de réessayer plus tard."

Que se passe-t-il si la situation est urgente ? "Si des visiteurs qui souffrent d'une diarrhée ou d'autre chose ont un besoin urgent de papier, alors notre équipe leur donnera directement du papier", assure un porte-parole.

L'appareil, qui coûte plus de 6 000 yuans (environ 820 euros), a déjà permis de réduire considérablement les pertes de papier, selon Lei Zhenshan, un des responsables de la société Shoulian Zhineng, qui a mis au point la machine. Concrètement, l'appareil distribue désormais quatre rouleaux par jour, contre 14 auparavant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les choix de la rédaction

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.