Archéologie : les drones, collecteurs d'informations

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 23/08/2014Durée : 00h20

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

M.Drucker: A l'origine utilisés par les militaires, les drones gagnent du terrain dans de nombreux domaines. Avec leur caméra embarquée, ces objets volants sont de formidables collecteurs d'information. Transports, sécurité, agriculture mais aussi urbanisme. Des archéologues les utilisent désormais pour fouiller les sols.

Pompéi dans les moindres détails ou encore le site archéologique de Mes Aynak, en Afghanistan. Des endroits difficilement accessibles qui ont pu être reconstitués grâce à des drones. Fini les fouilles à l'aveugle avec des truelles et des pioches. Dans ce champ à Rochefort, en Charente-Maritime, les archéologues cherchent des vestiges des marais salants datant du néolithique. Les drones sont plus pratiques et beaucoup moins chers que l'avion ou l'hélicoptère.

Le drone permet de voler plus bas que l'avion. Le rayon d'action est entre On peut prendre des clichés de plus bas et avoir plus d'informations et de précisions sur les sites.

Le drone piloté depuis le sol prendra des dizaines de clichés de la parcelle. Les photos vont faire parler ce champ de blé. les mystères du sous-sol. Sur l'écran, la couleur sombre va signaler une anomalie.

Quand les anomalies sont délimitables comme celle-ci, on peut penser que c'est construit par l'homme. Ça peut être des fosses d'extraction de matériaux, par exemple.

Ce sont ces zones qui seront fouillées et non l'intégralité du site, qui mesure plusieurs dizaines d'hectares. Des drones au service de l'histoire mais aussi d'autres technologies de pointe comme ce laser. Voici un appareil révolutionnaire qui va permettre de modéliser en 3 dimensions les monuments. Ici, le pont Marie, achevé en 1635. Tel un scanner, il va reconstituer au millimètre prés tous les points de ce pont parisien. Informations indispensables avant les travaux de rénovation prévus l'an prochain.

Sur ces vieux ponts en maçonnerie, les pieux peuvent s'abîmer. Il y a un risque de tassement. Il faut s'assurer que les points sont à la même hauteur et que l'ouvrage est sain et ne risque pas de s'écrouler.

Grâce à ces technologies, les données seront encore exploitables dans plusieurs siècles, de quoi garder en mémoire le patrimoine dé l'humanité pour l'éternité.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==