Corrida : l'association L214 publie une nouvelle vidéo choc dénonçant "une lente et longue agonie" pour les taureaux

L'association de défense des animaux publie ce mercredi 16 novembre une vidéo sur les différentes étapes d'une corrida, alors qu'une proposition de loi doit être débattue à l'Assemblée nationale le 24 novembre.

Article rédigé par
Willy Moreau - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Image tirée d'une vidéo diffusée par L214 sur une corrida à Brocas (Landes). (CAPTURE D'ECRAN)

Ces images ont été tournées le 24 septembre dernier et montrent les différentes étapes de la corrida qui s'est tenue à Brocas (Landes). Cette vidéo de plus de 8 minutes s'accompagne des explications de Sébastien Arsac, un fondateur de L214, une association qui milite pour la défense des animaux, connue pour ses vidéos choc dans les abattoirs

>> Corrida : le gouvernement va s'opposer à la proposition de loi d'interdiction déposée par La France insoumise

Très vite, on peut voir du sang coule sur le dos des six taureaux, blessés à l'aide de piques ou de banderilles, ces bâtons entourés de tissus multicolores avec au bout des harpons. Ils sont utilisés par les toreros en début de corrida. "Les harpons sont plantés un peu n'importe où, mais ils tiennent, hélas pour lui. Le taureau est en sang, et en larmes", commente Sébastien Arsac dans la séquence.

La corrida, "un anachronisme" selon L214

Cette vidéo est publiée dans un contexte de débat autour de la corrida à la suite de la proposition de loi du député La France insoumise (LFI) Aymeric Caron sur son interdiction. Le gouvernement va s'opposer à cette proposition de loi selon une information franceinfo du 15 novembre. Ce texte, visant à interdire la corrida, sera examiné le 24 novembre à l'Assemblée nationale, lors de la niche parlementaire de LFI

"Ce sont beaucoup de lames qui viennent transpercer le taureau, explique Sébastien Arsac dans la vidéo de L214. C'est une lente et longue agonie pour ces animaux. Sur 90% des territoires français, la corrida est un délit qui est puni par cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende. Et c'est quelque chose qui est encore toléré dans les départements du sud de la France. Pour nous, c'est une sorte d'anachronisme finalement." Avec cette vidéo, l'association dit espèrer nourrir le débat et mettre fin à la corrida en France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bien-être animal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.