Désintox. Non, la "drogue du zombie" n'est pas arrivé en France.

Publié
Article rédigé par Désintox - Arte
France Télévisions
Plusieurs vidéos virales diffusées sur Tik Tok affirment que la xylazine serait arrivée en France. Surnommée, comme d'autres substances émergentes, la « drogue du zombie », ce puissant sédatif fait des ravages aux Etats-Unis depuis plusieurs mois.

D'où vient l'intox ? 

Plusieurs vidéos virales diffusées sur Tik Tok affirment que la xylazine serait arrivée en France. Surnommée, comme d'autres substances émergentes, la « drogue du zombie », ce puissant sédatif fait des ravages aux Etats-Unis depuis plusieurs mois. L'une de ces publications alarmiste, réalisée sous la forme d'un montage, affirme : « On a retrouvé des cas de personnes sous influence de cette drogue dans plein de villes, à Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux ou encore Lille. » Une autre vidéo, publiée par le même auteur, indique même qu'un premier cas a été observé à Toulouse. Elle précise qu'un « homme a été arrêté le 13 avril dernier à la gare de Toulouse et il avait en sa possession 12 kilos de cette drogue».

Pourquoi c'est faux ?

Une recherche dans la presse locale renvoie vers un article de la Dépêche du Midi, qui relate bien une saisie de drogue mi-avril à la gare Matabiau. Problème : il s'agit de khat, une drogue végétale, et non de la xylazine, qui a été interceptée par les autorités.

La forme de ces vidéos est également trompeuse. Car leur montage diffuse des images de personnes visiblement délirantes, filmées aux Etats-Unis... et non en France. Grâce à la géolocalisation, Désintox peut affirmer que la plupart d'entre elles ont été tournées à Philadelphie, où la xylazine est d'abord apparue. Ici par exemple, on aperçoit en arrière-plan la carte du métro de cette ville de Pennsylvannie.

Surtout, côté Français, les remontées de terrain récoltées par Désintox sont formelles : à ce jour, ni les préfectures locales sollicitées, ni l'Observatoire français des drogues et tendances addictives n'ont trouvé trace de produit auprès des usagers. Encore moins de cas de personnes hospitalisées pour prise de xylazine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.