Désintox. Non, l’IA n'est pas au service de la propagande Russe en Ukraine.

Publié
Article rédigé par Désintox - Arte
France Télévisions
Alors que la contre-offensive de Kyiv a été lancée, certaines images du front ont été particulièrement commentées, notamment celles de nombreux tanks ukrainiens détruits.

D'où vient l'intox ?  

Alors que la contre-offensive de Kyiv a été lancée, certaines images du front ont été particulièrement commentées, notamment celles de nombreux tanks ukrainiens détruits. Pour de nombreux commentateurs, en particulier ukrainiens, ces images de chars Léopard 2 produits en Allemagne sont fausses : elles ont été générées par intelligence artificielle pour le compte de la propagande russe. 

"Comme on pouvait s’y attendre, de nombreuses photos diffusées par les comptes pro #Russie sont en fait des images fausses générées par l’IA. Le lièvre a été levé par des experts en #OSINT intrigués par les caractéristiques improbables de certains véhicules ukrainiens détruits" commente ainsi un internaute français. 

Pourquoi c'est faux ? 

Ces images apparues sur les réseaux sociaux entre le 8 et le 9 juin sont authentiques. Désintox a pu s'en assurer en recoupant les différents plans avec des vidéos de la même scène. L’image accusée d’être retouchée est d’ailleurs extraite d’une vidéo qui se déroule à l’est de Zaporijia, où a lieu la contre-offensive ukrainienne. 

La présence de ces chars concorde avec les fuites d’informations du renseignement américain, qui indique la présence de chars Léopard 2 au sein de la 33e brigade mécanisée ukrainienne, actuellement mobilisée dans la contre-offensive. 

N’en déplaisent à certains comptes pro-ukrainiens, qui ne souhaitent pas communiquer sur ces pertes de Kyiv, rien n’indique que ces images ont été modifiées par des logiciels répondant à intelligence artificielle au service de la Russie.

Comme quoi, les intox liées à l'intelligence artificielle consistent aussi parfois à essayer de faire croire qu'une image authentique est fausse. Quand elle ne l'est pas...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.