Une manifestation anti-migrants mobilise une centaine de personnes à Calais

Une centaine de personnes se sont rassemblées à Calais dimanche pour s'opposer à "la déferlante migratoire". Une manifestation menée par Pegida, mouvement islamophobe né en Allemagne.

(Un migrant s’isole, le 31 octobre 2015, pour écouter de la musique avec en arrière-plan la "Jungle" de Calais © Maxppp)
A Calais, le reportage d'Anne Patinec
--'--
--'--

"Il faut les mettre dehors " pouvait-on entendre dans la foule, une centaine de personnes venues à Calais pour dire "non à l'invasion imposée par notre gouvernement complice de notre destruction". Voilà ce qu'on peut lire sur la page Facebook du groupe Pegida ("Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident"), qui organise cette mobilisation.

 

Parmi les manifestants, Michael est venu de Bordeaux pour participer à cette marche. "Sur le long terme, on va devenir la minorité sur la propre terre de nos ancêtres. On n’a pas à accepter une immigration massive qui risque de mettre notre existence en péril ", explique l'homme qui se décrit comme "juste un citoyen concerné ". Dans le cortège, très encadré par la police, il y a peu de Calaisiens. Il faut dire qu’ils ont déjà manifesté leur colère et leur ras-le-bol des migrants la semaine dernière.

 

"Nous on est des Blancs, on a le droit d'exister", Michael au micro d'Anne Patinec
--'--
--'--

Deux visions qui s'opposent

Face à PEDIGA, une trentaine de pro-migrants ont tenu à être présents. Ils regrettent que la préfecture ait autorisé le rassemblement et veulent rappeler qu’à Calais quotidiennement de nombreuses associations et habitants se mobilisent pour venir en aide aux milliers de réfugiés qui vivent à une dizaine de kilomètres du centre-ville.  Entre les deux camps, pro et anti-migrants, la tension est palpable. 

Jean-Claude Lenoir lui est affligé par ce rassemblement. Le président de l'association SALAM, qui défend les migrants, dit éprouver "beaucoup de tristesse et beaucoup de honte ". "Bien évidemment les conditions économiques sont difficiles. Mais les Calaisiens ne confondent pas tout. Et les amis migrants qui à travers l’Europe cherchent un peu de paix, de moments de pause pour réfléchir à leur avenir, ne sont pas le fruit de nos difficultés ", affirme-t-il appelant à la solidarité de chacun "pour améliorer les conditions de tout le monde ".

Jean-Claude Lenoir, président de l'association SALAM qui défend les migrants, est affligé par ce rassemblement.
--'--
--'--