Cet article date de plus de sept ans.

Un Algérien meurt d'asphyxie lors d'une expulsion

Un Algérien de 51 ans est décédé jeudi soir à bord du fourgon qui le conduisait à l’aéroport parisien de Roissy. Selon les premiers résultats de l'autopsie l’homme qui était sur le point de se faire expulser serait mort asphyxié. Une information judiciaire a été ouverte pour "homicide involontaire".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Le centre de détention administrative de Vincennes. © MaxPPP)

Un Algérien d’une cinquantaine d’années en passe de se faire expulser de France est mort, jeudi soir, dans le fourgon des policiers. Abdelhak Goradiaqui qui était parti peu avant 19 heures du Centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes aurait fait une crise cardiaque au cours de son transfert, "sans incident", à l’aéroport parisien de Roissy selon une source policière.  "En arrivant à Roissy, les policiers se sont aperçus qu'il était en train de faire un malaise dans le fourgon, et malgré les secours prodigués, il est décédé d'une crise cardiaque", a affirmé un policier.

 

Mais l’avocat de la victime, Me Sohil Boudjellal, conteste cette version des faits. Pour lui, le contexte de l’expulsion était "extrêmement tendu ". "Mr Goradia est un homme en pleine forme, sans aucun problème de santé. Ils étaient quatre policiers autour de lui. Un retenu du centre m’a tout à l’heure appelé en m’indiquant que cela avait fait beaucoup de bruit et qu’il était sorti menotté, casqué de sa chambre", a-t-il expliqué sur France Info.

Un ressortissant algérien meurt lors d'une expulsion. Son avocat, Me Sohil Boudjellal au micro de Stéphane Pair
écouter

"Il ne voulait pas se faire expulser, car toutes les voies de recours n'avaient pas été épuiséesLe chef d'escorte, que j'ai eu au téléphone le jeudi soir, n'a rien voulu entendre et voulait quoi qu'il arrive procéder à l'expulsion. Il a été pris par la force. Il a probablement dû se débattre, a indiqué  Me Sohil Boudjellal

L'homme se serait étouffé après avoir vomi dans le fourgon 

Selon une source judiciaire, les premiers éléments de l'autopsie ne montrent pas de traces évidentes de violence de la part des policiers. Abdelhak Goradiaqui serait mort étouffé après avoir vomi dans le fourgon qui l'amenait à Roissy, une hypothèse confirmée par les premiers éléments d'autopsie.

"Les premiers résultats de l'autopsie pratiquée ce jour sur le corps, dans le cadre de l'enquête en recherches des causes de la mort (...), conduisent le procureur de la République à ouvrir ce jour une information judiciaire du chef d'homicide involontaire contre X",  a annoncé ce vendredi la justice dans un communiqué.

A ce stade, rien ne permet de dire si les policiers ont utilisé la force pour maitriser cet homme. Mais l’usage, par exemple, de "la clé de bras autour du cou " fait partie des moyens de contrainte enseignés aux policiers escorteurs pour immobiliser un étranger opposé à son expulsion, comme l'indique, ci-dessous, ce document interne de la police.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a souhaité que "toute la lumière soit faite " dans cette enquête.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.