Assemblée nationale : Les Républicains font voter la création de 3 000 nouvelles places en prison

Un amendement au projet de loi de programmation de la justice porté par Eric Ciotti, le président du parti de droite, a été approuvé en première lecture.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une cellule dans le centre pénitentiaire pour mineurs de Quiévrechain (Nord), le 3 mars 2023. (THIERRY TONNEAUX / MAXPPP)

Un peu avant minuit, mercredi 12 juillet, l'Assemblée nationale a voté la construction de 3 000 nouvelles places de prison, d'ici à 2027. Adopté en première lecture, cet amendement au projet de loi de programmation pour la justice était porté par le député des Républicains Eric Ciotti. Le président du parti de droite estime le programme actuel de "15 000 créations" de places en cellule "déjà sous-dimensionné", selon un récent rapport parlementaire sur le sujet.

Le patron des Républicains avait conditionné son vote pour l'ensemble du projet de loi au soutien de son amendement par les députés de la majorité présidentielle. Ceux-ci ont suivi, en insistant sur l'enjeu de "dignité", alors que plus de 2 300 détenus dorment actuellement sur un matelas au sol, du fait de la surpopulation carcérale. En votant cet amendement, les députés Renaissance, MoDem et Horizons ont précisé que ces créations seraient effectives "sous réserve de la délivrance par les collectivités locales des autorisations d'urbanisme nécessaires".

Une mesure critiquée à gauche

Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, a lancé à ce sujet "un appel solennel, républicain, afin que localement cessent les tentatives d'entrave" à la construction de centres de détention. C'est toujours "la prison, oui, mais ailleurs", a-t-il pointé. De même, concernant les centres éducatifs fermés, dont LR voudrait voir doubler le nombre d'ici à 2027 : "Trop d'élus rechignent encore à [les] accueillir", a affirmé Eric Dupond-Moretti.

La gauche a fortement critiqué l'adoption de l'amendement LR : la députée communiste Elsa Faucillon a accusé le camp présidentiel de "marchander avec la droite" pour obtenir le vote de son projet de loi. La création de ces 3 000 places supplémentaires démontre, pour la socialiste Cécile Untermaier, que "l'obsession du tout-carcéral a frappé", alors qu'un nouveau record du nombre de détenus a été atteint fin juin. Si ce projet de loi est définitivement adopté et que ces créations sont réalisées d'ici là, la France disposera de 78 000 places en prison en 2027.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.