Cet article date de plus de neuf ans.

Paris : Daniel Vaillant songe à la création d'une "salle de crack"

Une salle de consommation de drogue doit ouvrir avant l'été dans la capitale. Mais le député-maire PS du 18e arrondissement de Paris veut éviter de mélanger les publics. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le député-maire PS du 18e arrondissement de Paris, Daniel Vaillant, le 20 juin 2012.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Le député-maire PS du 18e arrondissement de Paris, Daniel Vaillant (PS), s'est dit favorable à la création d'une salle de consommation de crack dans la capitale, une fois que la "salle de shoot" de la gare du Nord aura été mise en place, samedi 13 avril. "Je pense qu'il faut d'abord mettre sur pied la salle de consommation à moindre risque du côté de la gare du Nord. Mais il conviendrait de réfléchir avec les praticiens à l'ouverture d'une salle pour les consommateurs de crack, sous forme expérimentale", selon l'ancien ministre de l'Intérieur.

Une salle expérimentale de consommation doit ouvrir avant l'été, dans le quartier de la gare du Nord. Celle-ci n'exclut pas les consommateurs de crack mais les "médecins et personnels qui seront amenés à surveiller les consommateurs considèrent que le mélange des publics n'est pas souhaitable", poursuit Daniel Vaillant. Celui-ci veut amener les toxicomanes vers un parcours de soin, alors que de nombreux consommateurs de cracks se concentrent dans le 18e arrondissement.

Le conseiller UMP de Paris, Vincent Roger, a réagi dans un communiqué pour exprimer sa "consternation" : "Une telle proposition est un message grave en direction de la jeunesse, elle est une invitation à lever des interdits qui protègent, elle est un contresens médical". Il a appelé la candidate socialiste à la mairie de Paris, Anne Hidalgo, à "s'expliquer au plus vite sur la prise de position de M. Vaillant" et à "dire si elle est solidaire de son collègue socialiste".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.