Equipe d'Eva Joly : Julien Bayou (ex-Jeudi Noir) promu "directeur de la mobilisation"

De Génération précaire à Jeudi Noir et Sauvons les riches, Julien Bayou s'est fait un nom dans un activisme ludique parfois à la limite de l'illégalité. A 31 ans, il est promu "directeur de la mobilisation" de la campagne d'Eva Joly (EELV).

Julien Bayou et Jean-Paul Huchon lors du squatt d\'un immeuble avenue Matignon par Jeudi Noir
Julien Bayou et Jean-Paul Huchon lors du squatt d'un immeuble avenue Matignon par Jeudi Noir (AFP)

De Génération précaire à Jeudi Noir et Sauvons les riches, Julien Bayou s'est fait un nom dans un activisme ludique parfois à la limite de l'illégalité. A 31 ans, il est promu "directeur de la mobilisation" de la campagne d'Eva Joly (EELV).

Le conseiller régional d'Ile-de-France Julien Bayou, 31 ans, a été officiellement nommé jeudi 1er décembre, lors de la présentation de l'équipe présidentielle d'Eva Joly, "directeur de la mobilisation" au sein de l'équipe de campagne d'Eva Joly, candidate d'Europe Ecologie-Les verts (EELV) à la présidentielle. Il est également chargé de la collecte de fonds.

Le militant de "Sauvons les riches" collectera les fonds

Cette nomination est une jolie reconnaissance pour celui qui co-fondait Génération Précaire en 2005 et occupait en 2009 un hôtel particulier de la Place des Vosges aux côtés de ses copains de "Jeudi noir" pour dénoncer la bulle immobilière et le mal-logement des jeunes. Ou encore qui vidait symboliquement, avec ses amis de "Sauvons les riches", un compte en banque de la Société générale, à l'instar d'Eric Cantona voulant créer une "panique bancaire".

Méfions-nous des idées reçues. Le ludique militant de "La France qui se lève tôt" (groupe qui a réveillé Neuilly à l'aube, lors de la campagne électorale de 2007, pour moquer le candidat Nicolas Sarkozy) a fait aussi d'austères études d'économie.

Sa fiche Wikipedia ("Non, ce n'est pas moi qui l'ai faite. C'est un copain en 2007, mais elle a été beaucoup modifiée depuis", assure Julien Bayou) nous l'apprend. Il le confirme : "Economiste, c'est mon premier métier". Parisien et républicain (de la place de la République...), le jeune élu régional d'Ile-de-France est le fils d'un ingénieur et d'une prof d'économie.

"On table sur deux millions d'euros"

Lui confier les cordons de la bourse n'a donc rien d'une aberration, d'autant que la collecte des fonds de la campagne l'obligera à faire preuve d'ingéniosité.

Côté financement public, Julien Bayou regrette de devoir se battre avec "des armes inégales". Il table sur 2 millions d'euros, "dix fois moins d'argent que l'UMP, sans compter les déplacements des ministres ni de l'Elysée...." Car "ce financement prendra pour base les législatives de 2007. Le carton des européennes et des municipales ne sera pas compté".

Un clip pour répondre aux attaques contre Eva Joly

Pour séduire les particuliers, le nouveau trésorier compte beaucoup sur la collecte électronique. Celle-ci a déjà partiellement tenu ses promesses ("En un mois, EELV a ramassé 55 000 euros pour la campagne, dont 25 000 par Internet").

Afin d'inciter les sympathisants à offrir à Eva Joly la "campagne qu'elle mérite", les écologistes vont encourager "le don de soutien ciblant une action précise", comme l'appel à s'inscrire sur la liste électorale. Ou la production d'un clip qui sera une réponse aux attaques sur la binationalité de leur candidate née en Norvège. "Ceux qui auront aidé à le produire auront leur nom au générique", promet Julien Bayou.

Tout l'appareil était avec Nicolas Hulot

Au fait, comment le jeune militant associatif, devenu conseiller régional francilien EELV en 2010, s'est-il trouvé embarqué dans le staff Eva Joly ? "Avec quelques copains, on lui a proposé nos services, avant la primaire. On n'était pas si nombreux. Tout l'appareil était avec Nicolas Hulot. J'ai déjeuné avec lui, il n'était pas clair ni sur Borloo, ni sur les thèmes qu'il voulait porter. Elle, elle donne envie".

Déclaration enflammée d'un trentenaire pour une candidate qui soufflera, ce 5 décembre, ses 68 bougies.