Corinne Lepage annonce sa candidature à la présidentielle

L'ancienne ministre de l'Environnement (1995-97) et présidente du mouvement Cap21 Corinne Lepage a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2012, dix ans après celle de 2002 où elle avait obtenu 1,88% des voix au premier tour.

Corinne Lepage lors d\'une manifestation anti-nucléaire à Paris en mars 2011
Corinne Lepage lors d'une manifestation anti-nucléaire à Paris en mars 2011 (AFP - Bertrand LANGLOIS)

L'ancienne ministre de l'Environnement (1995-97) et présidente du mouvement Cap21 Corinne Lepage a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2012, dix ans après celle de 2002 où elle avait obtenu 1,88% des voix au premier tour.

"J'ai beaucoup réfléchi, je me suis beaucoup préparée et je souhaite être candidate à cette élection", a déclaré mardi la députée européenne âgée de 60 ans, qui avait soutenu François Bayrou en 2007 et rejoint le MoDem, avant de claquer la porte du mouvement en 2010.

Elle a expliqué avoir choisi de faire son annonce le 4 octobre, "pas parce que Jean-Louis Borloo a déclaré forfait", mais parce que c'est "le jour de la Constitution de 1958, et nous avons d'abord besoin de recommencer par la base, c'est-à-dire un nouveau contrat de confiance avec nos concitoyens".

Déjà candidate à la présidentielle de 2002
En 2002, Corinne Lepage avait obtenu 1,88% des voix au 1er tour (535.837 voix) de la présidentielle, derrière l'autre candidat écologiste Noël Mamère (Verts, 5,25%). Elle avait aussi eu l'ambition d'être candidate en 2007 mais avait jeté l'éponge.

Pour 2012, "je suis tout à fait déterminée à aller jusqu'au bout", a-t-elle déclaré, se disant "décidée à faire le maximum" pour récolter les 500 signatures d'élus. "Je ne peux pas m'inscrire dans la politique qui a été suivie depuis cinq ans", a-t-elle répondu lorsqu'il lui a été demandé si elle pourrait soutenir Nicolas Sarkozy au second tour.

Favorable à une sortie du nucléaire, cette avocate spécialisée dans le droit de l'environnement a cité l'Allemagne en exemple pour sa "transition énergétique" et le "développement économique" qui en découle. Corinne Lepage avait été ministre de l'Environnement dans le gouvernement d'Alain Juppé (1995-1997).

Une candidature "personnelle", regrette EELV
Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a déclaré mercredi qu'il ne pensait "rien" de cette entrée en lice de Corinne Lepage qui n'a été proche de la majorité que "de
manière extrêmement aléatoire et intéressée".

Dans le camps d'Eva Joly, le porte-parole de la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Yannick Jadot, n'a pas tardé à réagir. Ne voyant dans cette candidature aucun "scoop, puisqu'elle se porte candidate à chaque élection présidentielle", il a regretté qu'elle "joue une carte personnelle". Il a assuré que "nombre de militants de Cap21(avaient) rejoint le rassemblement des écologistes" d'Eva Joly.