Canicule : une dérogation pour les centrales nucléaires fait débat

Publié
Canicule : une dérogation pour les centrales nucléaires fait débat
FRANCE 2
Article rédigé par
S.Ricottier, N.Fleury, M.Baron, D.Aysun - France 2
France Télévisions

Cinq centrales nucléaires françaises ont obtenu l’autorisation de continuer à rejeter dans la nature les eaux de leurs circuits de refroidissement. La dérogation fait débat. Le gouvernement juge la mesure indispensable afin d’assurer la production d’électricité, cet été. Mais pour les écologistes, ces rejets sont néfastes pour la biodiversité.

Avec les fortes chaleurs, la Garonne avoisine les 28 °C. Pourtant, la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne) peut continuer à rejeter des eaux encore plus chaudes que d'habitude en raison d’une dérogation. Une association écologiste s’inquiète des conséquences sur le milieu aquatique. "Une eau qui est rejetée avec une température supérieure à 30 °C voire plus fait que, physiquement, elle a une teneur en oxygène qui est plus faible. Les poissons ont besoin, comme nous tous, d’oxygène", rapporte Jean-Louis Dupin, du Réseau citoyen de surveillance de la radioactivité Golfech-Le Blayais.

Anticiper l’hiver prochain

Pour fonctionner, chaque centrale doit pomper de l’eau pour refroidir ses réacteurs avant de la rejeter un peu plus chaude au même endroit. Cet été, en raison de la canicule, cinq centrales françaises pourront dépasser les seuils de température normalement autorisés. Selon le gestionnaire du réseau électrique, cela permet d’assurer un niveau de production minimal dans les centrales. Le gouvernement, lui, craint des pénuries l’hiver prochain et préfère donc utiliser l’électricité du parc nucléaire maintenant afin de stocker d’autres énergies, tel que le gaz. La dérogation est pour le moment prévue jusqu’au 11 septembre.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.