Cet article date de plus de neuf ans.

Nouveau dispositif d'urgence parisien pour les femmes en danger

Destiné aux femmes victimes de violences conjugales, le dispositif est présenté ce vendredi en présence de la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. Ce système d'alerte, déjà déployé en Seine-Saint-Denis, s'implante désormais à Paris.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Comme le souligne la Ville de Paris, l'objectif de ce
dispositif est de "prévenir les services de police et obtenir leur intervention
rapide à l'aide d'un téléphone portable connecté à un circuit spécifique"
.

C'est en partenariat avec le procureur de Paris, François
Molins, le tribunal de grande instance de Paris, le préfet de police, Bernard
Boucault, la Région Ile-de-France (en co-financeur), le Centre d'information
sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) de Paris, Mondial Assistance
et Orange que s'organise le déploiement de ces téléphones.

Le dispositif mis en place à Paris sera financé en partie
par la région Île-de-France à "hauteur de 14.570 euros" et l'attribution
des téléphones portables d'urgence se fera sur "décision du parquet à des
femmes victimes de violences conjugales et qui ont porté plainte"
, a-t-on
précisé dans l'entourage du président du Conseil régional, Jean-paul Huchon.

2,5 millions de victimes

C'est en Seine-Saint-Denis que le dispositif a été mis en place
pour la première fois en France en novembre 2009, où il a déjà bénéficié à
environ 70 femmes. Système d'alerte très répandu notamment en Espagne, il a également été installé dans le Bas-Rhin en janvier 2011.

Selon l'association Solidarité femmes, le nombre des femmes
victimes de violences conjugales s'élève à près de 2,5 millions de
personnes. Parmi elles, seules 9% ont indiqué avoir porté plainte en 2011.

En France, une femme meurt tous les quatre jours sous les coups de son conjoint.


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.