Les cercueils de Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz entreront vides au Panthéon

Leurs dépouilles seront conservées dans les cimetières de Saint-Maur-des-Fossés et de Bossey à la demande des familles.

Geneviève de Gaulle-Anthonioz (à gauche) et Germaine Tillion, deux figures de la Résistance.
Geneviève de Gaulle-Anthonioz (à gauche) et Germaine Tillion, deux figures de la Résistance. ( AFP )

Les cercueils des résistantes Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz entreront au Panthéon le 27 mai, sans leurs dépouilles. Elles seront conservées dans les cimetières de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) et de Bossey (Haute-Savoie) à la demande des familles, révèle l'Est Républicain.

Une petite urne contenant de la terre

Si les entourages des deux grandes figures de la Résistance ne se sont pas opposés à leur "panthéonisation", "ils ont fait savoir à l'Elysée" qu'ils "ne souhaitaient pas que les corps soient exhumés pour un transfert vers Paris", souligne notamment Le Progrès. La dépouille de Germaine Tillion "restera au cimetière de Saint-Maur-des Fossés, de même que celle de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, dans les deux cas, il s'agit d'une motivation d'origine familiale", a confirmé Emilie Sabeau-Jouannet, la nièce de Germaine Tillion.

La famille de Geneviève de Gaulle-Anthonioz "ne souhaite pas qu'elle soit séparée de son mari et j'ai souhaité la même politique parce que repose au cimetière familial de Saint-Maur-des-Fossés toute la famille de Germaine Tillion", a-t-elle ajouté. A la place des dépouilles sera placée dans chaque cercueil "une petite urne contenant de la terre prélevée sur les tombes". La demande a été reçue "avec grande compréhension" à l'Elysée, a-t-elle ajouté, rappelant qu'au Panthéon "il y a par exemple des plaques, comme celle d'Antoine Saint-Exupéry, disparu en plein vol" et dont le corps n'a jamais été retrouvé.