Le doyen des Français a rangé son chapeau à 110 ans

Philippe Vocanson s'est éteint ce week-end dans une maison de retraite de Saint-Etienne où il séjournait depuis de nombreuses années. Les obsèques de ce coordonnier en retraite auront lieu jeudi.

(Le doyen des Français, Philippe Vocanson, avec sa fille © MaxPPP)

Eté comme hiver, il ne quittait jamais son couvre-chef. L'été, il était en paille, l'hiver en feutre. Philippe Vocanson a définitivement quitté son chapeau ce week-end à l'age de 110 ans. Le doyen des Français s'est éteint dans la maison de retraite où il séjournait depuis plusieurs années. La recette de sa longévité ? Un régime alimentaire à base de fromage, le péché mignon de cet Auvergnat, peu d'alcool quelques carrés de chocolat, sa petite faiblesse, et surtout aucune cigarette. 

Philippe Vocanson a été agriculteur dans sa jeunesse à Saint-Jeure, dans la ferme familiale avec ses sept frères et soeurs avant d'apprendre le métier de cordonnier et de rejoindre Saint-Etienne où il s'était installé à son compte jusqu' à l'age de la retraite. Pendant la seconde Guerre Mondiale, le caporal Vocanson a été fait prisonnier par les Allemands, dans le Nord de la France. Un épisode à ranger aux rayons des souvenirs d'une vie bien remplie. Le doyen des Français a eu deux enfants et six petits-enfants et quatre-arriières petits enfants. Son épouse, elle, est décédée il y a déjà trente ans. 

Philippe Vocanson qui avait reçu la médaille de la ville de Saint -Etienne en juin dernier sera enterré avec les honneurs à la Grande Eglise de la préfecture de Haute-Loire. 

"Son secret ? Le chocolat et un petit verre de vin rouge"
--'--
--'--
"C'était mon voisin"
--'--
--'--