Cet article date de plus de sept ans.

Rénovation du métro parisien : le préfet d'Île-de-France saisit la justice pour une affaire d'ouvriers non-payés

Les conditions de travail d'une trentaine d'ouvriers travaillant sur un chantier du métro parisien ont poussé le préfet de la région Île-de-France à saisir le procureur de la République.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La station de métro Chatelet-Les Halles, à Paris, en rénovation, le 25 janvier 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Le préfet de la région Île-de-France, Jean-François Carenco, a saisi, jeudi 26 janvier, le procureur de la République de Paris sur les conditions de travail d'une trentaine d'ouvriers travaillant sur un chantier du métro parisien.

Il vise l'entreprise FH Services, sous-traitant de la société Sogea TPI. Cette filiale du groupe Vinci, a été missionnée par la RATP pour réaliser des travaux dans la station Châtelet-les Halles, dans le centre de Paris. Selon le préfet, la société "ne respecte pas les droits de ses salariés", écrit-il dans un communiqué. Les ouvriers sont en grève depui le lundi 23 janvier et demandent notamment le paiement de leurs salaires.

"Des salariés ne bénéficient pas de contrats de travail écrits, de bulletins de paie et leur rémunération depuis plusieurs mois est versée partiellement", poursuit Jean-François Carenco dans son communiqué. Par ailleurs, sur la trentaine d'ouvriers employée par la société FH Services, cinq sont de nationalité étrangère et "ne disposent pas d'autorisation de travail".

Cette situation "porte gravement préjudice à leur condition d'existence. (…) Il y a là un vol qualifié de la sécurité sociale, un préjudice fort pour toutes les sociétés de BTP", s'indigne le préfet. De son côté, le groupe Vinci a assuré "enquêter sur la situation des salariés de l'entreprise FH Services". La RATP a, quant à elle, décidé de porter plainte contre X.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.