Cet article date de plus de neuf ans.

Polémique après l'achat d'un appartement à 7 millions d'euros par Thomas Fabius

La cellule de renseignement financier Tracfin a été saisie, après l'achat par le fils du ministre des Affaires étrangères, d'un somptueux appartement parisien en juin dernier. Un achat à 7 millions d'euros, révèle Le Point, qui affirme dans le même temps que Thomas Fabius ne paie pas d'impôt sur le revenu.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Florent Dupuy SIPA)

Le magazine Le Point , dans son édition jeudi, décrit un "somptueux pied-à-terre ", un appartement de 280 m² "situé au 199 bis d'une des artères les plus huppées de la capitale ". Le prix : 7 millions d'euros. Il s'agit de l'ancien appartement du réalisateur Claude Zidi. Le nouveau propriétaire s'appelle lui Thomas Fabius, le fils du ministre des Affaires étrangères.

"J'ai acheté mon appartement comme tout le monde, avec un prêt bancaire" (Thomas Fabius, cité dans Le Point)

Pour acheter un appartement un tel prix, il faut évidemment présenter de solides garanties ; c'est là que le bât blesse selon Le Point , qui affirme que Thomas Fabius ne paie pas d'impôt sur le revenu, malgré sa domiciliation fiscale en France. L'intéressé affirme pourtant avoir payé son bien, acheté en juin 2012, "comme tout le mond e", c'est-à-dire grâce à un prêt bancaire. Il parle d'une "garantie " qui aurait suffi à convaincre son banquier, mais les bénéfices de sa société de consulting, TF Conseils, n'affichaient que 11.800 euros en 2011.

La cellule Tracfin aurait été saisie

Le parquet de Paris reste muet quant à l'ouverture d'une éventuelle enquête sur l'origine du financement de cet appartement, mais la cellule de renseignement financier Tracfin aurait été saisie selon une source proche du dossier. La cellule traque la fraude et le blanchiment d'argent ; elle reçoit plus de 23.000 signalements par an.

Ce ne serait pas la première fois que Thomas Fabius se retrouverait face à la justice. En juin 2001, il avait été condamné à 15.000 euros d'amende, dont 10.000 avec sursis, pour abus de confiance, dans une procédure de plaider-coupable.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.