Cet article date de plus d'un an.

Justice : au cœur du casse du siècle au Carlton de Cannes

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Justice : au cœur du casse du siècle au Carlton de Cannes
Article rédigé par France 2 - T. Cuny, D. Brignant, R. Chapellard, S. Silnyj, B. Blanc, E. De Pourquery, E. Noel
France Télévisions
France 2
Il y a dix ans, en 2013, un braqueur dérobait 103 millions d’euros de bijoux au Carlton de Cannes (Alpes-Maritimes). Le joaillier qui y exposait ses bijoux s’est retourné contre l’hôtel et la justice doit rendre sa décision sur ce casse jeudi 11 mai.

Des rivières de diamants, des pendentifs, des colliers, des bagues, un ensemble de bijoux d'exception, pour une valeur totale de 103 millions d’euros. C’est le montant du plus gros braquage de l’histoire française au Carlton de Cannes. En juillet 2013, l'hôtel expose 72 pièces d’une rare beauté d’un joaillier Israélien. Trois vigiles sortent d’un coffre situé à la réception les bijoux dans un sac. Se dirigeant vers l’ouest du palace, ils ignorent qu’un homme armé les observe depuis la rue.

Une défaillance dans la sécurité de l’hôtel ?

Dans la salle d’exposition, ils disposent les pièces sous des vitres protégées. Le braqueur ouvre une porte fenêtre étrangement déverrouillée et dérobe les bijoux. Il ne met que quelques secondes à commettre son méfait. Il s’échappe par une autre fenêtre, en sautant à 1m50, il fait tomber une paye de son butin. Aujourd'hui encore, nul ne sait où sont les bijoux. Mais à l’époque déjà, la question de la défaillance dans la sécurité de l’établissement était posée. “Je suis estomaqué, car je trouve encore plus irresponsables et la bijouterie et notre direction de ne pas avoir pris les devants et assuré une sécurité plus renforcée”, expliquait alors un syndicaliste de l'hôtel. L’assureur a indemnisé le joaillier, mais il s’est retourné contre la direction du Carlton pour défaut de protection. Le tribunal de Cannes tranchera demain à propos du casse du siècle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.