Cet article date de plus de neuf ans.

Deux juges demandent un mandat d'arrêt contre le fils du président équato-guinéen

Teodorin Obiang Nguema est soupçonné de "blanchiment". Une récente perquisition avait révélé au grand public un impressionnant patrimoine en France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Agriculture et fils du président équato-guinéen, Teodorin Obiang Nguema, le 24 janvier 2012, à Bata (Guinée équatoriale). (ABDELHAK SENNA / AFP)

Le très fortuné fils du président équato-guinéen va-t-il être inquiété par un mandat d'arrêt international pour "blanchiment" ? Les juges français Roger Le Loire et René Grouman ont demandé l'avis du procureur dans une ordonnance transmise début mars, selon l'agence Reuters mardi 27 mars. Cependant, ils seront libres de décider en dernier ressort.

Les deux magistrats estiment qu'il existe des soupçons de fraude dans l'acquisition d'un très important patrimoine, notamment immobilier, en France par Teodorin Obiang. Ils enquêtent sur le fils de Teodoro Obiang, le président de la Guinée équatoriale, qui est ministre de l'Agriculture de ce petit pays pétrolier d'Afrique centrale, dans le cadre de l'affaire des "biens mal acquis".

Cette affaire porte sur les conditions dans lesquelles trois chefs d'Etat africains, Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale) et le défunt président Omar Bongo (Gabon) sont devenus propriétaires d'un gros patrimoine dans l'Hexagone. Ces acquisitions pourraient relever du recel et du blanchiment de détournement de fonds publics étrangers.

Objets de luxe et voitures de prestige

Teodorin Obiang Nguema a fait parler de lui en février lors d'une impressionnante perquisition dans un logement que les enquêteurs lui ont attribué, avenue Foch, dans le 16e arrondissement de Paris. Dans cet appartement évalué à 150 millions d'euros, ces derniers ont été estomaqués par les objets de luxe, vins fins ou encore œuvres d'art pour une valeur de plusieurs millions d'euros qu'ils y ont découverts. En septembre 2011, ils avaient aussi saisi 16 voitures de luxe : Maserati, Aston Martin, Rolls Royce, Porsche, Bugatti, Bentley, Ferrari.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.