Cet article date de plus de sept ans.

Des pilotes veulent boycotter la République dominicaine

Le Syndicat national des pilotes de ligne français appelle ses adhérents à ne plus atterrir en République Dominicaine. Depuis mars 2013, trois pilotes français et un passager, soupçonnés de trafic de drogue, sont en effet sous les verrous et toujours pas jugés. Ils affirment leur innocence. Une audience préliminaire devait avoir lieu ce mardi, mais elle a été une nouvelle fois reportée. Un comité de soutien fait circuler une pétition sur internet.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Autre)

Bruno Odos et Pascal Fourret sont en prison depuis 342 jours. Les deux pilotes s'apprêtaient à décoller, le 20 mars 2013, de Punta Cana, en République dominicaine. A bord du Falcon appartenant au lunettier Alain Afflelou, qui le loue à une société de leasing en aviation d'affaire, se trouvaient des passagers et... 700 kilos de cocaïne.

A six dans 10 mètres carrés

La suite, c'est un tourbillon de policiers et de caméras venues filmer leur arrestation spectaculaire sur le tarmac. Les deux pilotes assurent qu'ils ignoraient la présence de la drogue à bord de leur avion. Deux autres personnes, Alain Castany et Nicolas Pisapia, sont aussi incarcérés. Mais bien qu'en prison depuis un an, ils n'ont toujours pas été entendus par la Justice, s'indigne un de leurs avocats français, Jean Reinhart : "Ils crient leur innocence, mais ils aimeraient pouvoir le dire à quelqu'un. Pour l'instant, personne ne les écoute. On est dans une présomption de culpabilité et non d'innocence. Mais ils sont innocents, c'est évident ".

Une audience préliminaire devait avoir lieu ce mardi, mais elle a de nouveau été reportée car le lieu du procès a changé. C'est donc le sixième report. En attendant, les quatre hommes croupissent dans des cellules de 10 mètres carrés, à six détenus par pièce. Un comité de soutien s'est créé en France et fait circuler une pétition sur internet qui a déjà recueilli plus de 6.300 signatures. Le Syndicat national des pilotes de ligne a décidé d'appeler ses adhérents à refuser d'atterrir en République dominicaine. Pour le président du SNPL, Yves Deshaye, la confiance est rompue avec les autorités dominicaines : "On constate que dans ce pays, on peut être victime de l'arbitraire. Pour la sécurité de nos pilotes, on va leur demander de ne plus desservir cette destination ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.