Bernard Barresi condamné en appel à dix ans de prison

Figure du grand banditisme marseillais, Bernard Barresi a été condamné mercredi à une peine de dix ans de prison par la cour d'appel de Nancy, pour le hold-up d'un fourgon blindé sur l'autoroute A36 en Alsace, en 1990. Il avait été acquitté en première instance, au terme d'une longue cavale. L'avocat général a toutefois reconnu qu'il n'y avait "aucun élément qui permettre de l'incriminer".

(Maxppp)

C'est l'un des noms les plus connus du milieu du grand banditisme marseillais. Bernard Barresi, 51 ans, a été condamné mercredi, par la cour d'appel de Nancy, à dix ans de prison. Les jurés l'ont jugé coupable du hold-up d'un fourgon blindé, en 1990, sur une bretelle de l'autoroute A36 près de Mulhouse (Haut-Rhin). Une attaque qui avait beaucoup fait parler, perpétrée sans qu'un seul coup de feu ne soit tiré.

Au terme d'une semaine de procès, la cour d'appel de Nancy est donc revenue sur l'acquittement, spectaculaire, obtenu par Bernard Barresi à Colmar en première instance en mars 2012. A l'époque, l'accusé achevait une cavale de vingt ans, condamné pour ces faits en 1994 par contumace à une peine de 20 ans de prison.

La défense juge les charges bien faibles

Mais 24 ans après le "hold-up de l'A36", les zones d'ombre sont toujours aussi nombreuses. Parmi les deux braqueurs impliqués - sur six, au moins - et condamnés, Bruno Latard avait affirmé que Bernard Barresi ne faisait pas partie de l'équipée. Mais les enquêteurs avaient réussi à prouver que Barresi se trouvait bien à Mulhouse le jour des faits, et que des sacs mystérieux entreposés chez sa tante pouvaient prouver sa participation au hold-up.

Sa défense, dont Maître Eric Dupond-Moretti, juge toujours que les charges contre leur client restent extrêmement faibles. Lors de son réquisitoire, l'avocat général avait lui-même reconnu qu'il n'existait "aucun élément qui permette d'incriminer Bernard Barresi ".

La famille Barresi sous la pression judiciaire

Cette condamnation n'est que la dernière d'une longue série ayant touché la famille Barresi, régulièrement soupçonnée par la justice. Bernard Barresi lui-même a notamment été mis en examen dans le cadre de l'affaire des marchés publics des Bouches-du-Rhône, liée à Alexandre Guérini, le frère de Jean-Noël Guérini, patron du département.

Son petit frère Franck, a récemment été mis en examen pour extorsion de fonds, et avait été condamné à dix ans de prison en 1992 pour vol à main armée. Son nom apparaît aussi dans une affaire de fraude autour de la vente de billets du XV de France. Enfin, l'aîné Jean-Luc Barresi, agent de footballeurs, a été condamné le mois dernier à trois ans de prison dont deux avec sursis, pour une affaire d'extorsion de fonds touchant à des sociétés du port autonome de Marseille.