Cet article date de plus de dix ans.

Ben Ali à nouveau condamné par contumace à 20 ans de prison

C'est sa troisième condamnation depuis la révolution de Jasmin et sa fuite en Arabie Saoudite. L'ancien président tunisien écope de 20 ans de prison pour "incitation au désordre, meurtres et pillages" dans son pays.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le procès s'est tenu à Tunis en son absence. Zine El Abbidine Ben Ali n'était pas là non plus ce matin pour recevoir le verdict prononcé par le tribunal militaire. 20 ans de réclusion pour l'affaire dite de Ouardanine : quatre jeunes manifestants avaient été abattus par balles dans cette ville du Sahel tunisien en pleine révolution, à la mi-janvier 2011, alors qu'ils tentaient de s'opposer à la fuite de Kaïs Ben Ali, le neveu du président. 

Ben Ali, et une quinzaine de membres des forces de sécurité, étaient donc jugés dans ce procès, pour avoir tiré sur la foule ce jour-là -ou donné l'ordre de le faire. Ses co-accusés ont été condamnés à des peines allant de 5 à 10 ans de prison. 

Détournement de fonds, détention d'armes, complicité d'homicides...

Qu'en pense le président déchu ? Impossible de le savoir puisqu'il se cache en Arabie Saoudite depuis près d'un an et demi. Les condamnations par contumace se succèdent, mais ne l'atteignent pas.

  • 20 juin 2011, il avait écopé avec son épouse de 35 ans de prison et  45 millions d'euros d'amende pour détournement de fonds publics.
    - 4 juillet 2011, 15 ans de réclusion et plus de 50.000 euros d'amende pour détention d'armes, de stupéfiants et de pièces archéologiques.
  • Ben Ali enfin attend sa condamnation dans une autre affaire, celle des martyrs de Thala et Kasserine. Il y est poursuivi pour complicité d'homicide volontaire. 22 manifestants avaient été tués dans cette région du centre du pays. La peine capitale cette fois a été requise. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.