Cet article date de plus d'onze ans.

Attentat Karachi: le parquet de Paris ouvre une information judiciaire contre X pour blessures involontaires

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire contre X pour blessures involontaires dans l'attentat de Karachi. Une autre information judiciaire menée par le juge antiterroriste Marc Trévidic est déjà en cours, sur les circonstances de l'attentat de commis en 2002 visant implicitement la Direction des constructions navales.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Ces réquisitions d'ouverture font suite à une plainte avec constitution de partie civile déposée le 9 mars par les avocats des personnes blessées lors de l'attentat de Karachi le 8 mai 2002.
Six des 11 Français blessés lors de cet attentat qui a fait 15 morts, dont 11 Français, mettent en cause leur ancien employeur, la DCN (Direction des constructions navales) pour des manquements à leur sécurité.
Faute d'obtenir la désignation d'un juge d'instruction, ils avaient déposé, en mars, une plainte avec constitution de partie civile celle-là, une démarche conduisant automatiquement à la désignation d'un juge d'instruction.

Les juges d'instruction antiterroristes Marc Trévidic et Yves Jannier, chargé de l'enquête sur l'attentat, étudient la possibilité qu'il soit lié à l'arrêt par la France du versement de commissions en marge d'un contrat de vente de sous-marins au Pakistan.

Une autre instruction est en cours au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris. Le juge Renaud van Ruymbeke enquête sur l'existence de rétrocommissions, liées à deux contrats d'armement signés avec le Pakistan sous le gouvernement d'Edouard Balladur, qui auraient pu alimenter la campagne présidentielle de l'ancien Premier ministre en 1995. Ce dont s'est défendu à plusieurs reprises l'intéressé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.