Cet article date de plus de dix ans.

Affaire Laëtitia : autoportrait de Meilhon et témoignage de sa mère

Au deuxième jour du procès de Tony Meilhon à Nantes, la cour d'assises s'est intéressée à la personnalité du meurtrier présumé de Laëtitia. Il a tenté de se justifier, comme si la fatalité avait guidé toute sa vie et qu'il n'avait jamais eu le choix. Une ex-compagne a témoigné de la peur qu'elle avait lorsqu'il était avec elle. La mère de Tony parle d'un enfant qu'elle n'a jamais compris.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Maxppp)

Le procès de Tony Meilhon se
poursuit devant la cour d'assises de Loire-Atlantique ce jeudi avec le portrait
du jeune homme. Il est soupçonné d'avoir tué et démembré Laëtitia Perrais en
2011.
 Lors de la première journée, il a crée la
surprise en évoquant pour la première fois un complice.

Ce jeudi, il s'est exprimé à
la barre et a raconté la montée progressive de sa violence, jusqu'au meurtre. Le
divorce de ses parents, un beau-père qui "ne l'aimait pas ", un frère
qui l'initie au cannabis, le premier placement en foyer alors qu'il a 13 ans et
les "mauvaises rencontres ".

A 15 ans, il est incarcéré
pour la première fois à six mois de prison dont trois mois avec sursis pour des
vols. A cette époque, il a déjà reçu de nombreux avertissements et a été placés
plusieurs fois en foyer. Ces quelques mois en prison ont, dit-il "nourri "
sa "haine, comme un esprit de vengeance ".

"J'ai
demandé à être suivi par un psychiatre car j'avais la haine en moi" (Tony Meilhon)

Le visage pâle et creusé, il raconte son deuxième
séjour en prison pendant un an. Il viole un de ses codétenus qui était poursuivi
pour abus sexuels sur sa sœur. "J'ai jamais violé qui que ce soit dans ma vie (...)
Je sais que ma mère a été violée par son propre père, les coups que j'ai portés
(au codétenu ndlr) c'est pour venger la petite fille
", a-t-il déclaré
devant la cour d'assises de Nantes.

Cette affaire le mène
une première fois devant les Assises. "J'ai demandé à être suivi par un
psychiatre car j'avais la haine en moi par rapport à cette condamnation aux
assises qui est une erreur de justice; (ce suivi) a été efficace en ce sens que
je n'ai pas été me venger contre qui que ce soit en sortant de prison
".

"Il a une bonne capacité manipulatoire" (avocate de la soeur de Laëtitia)

Il exprime ensuite des
regrets vis-à-vis d'autres victimes puis il déplore que seules des "choses
mauvaises
" soient retenues contre lui, alors qu'il a par exemple "sauvé un
détenu de la pendaison, sauvé un détenu d'un incendie
".

L'avocate de Jessica Perrais, la soeur de Laëtitia a estimé que Tony Meilhon avait "une bonne capacité manipulatoire ". Elle reconnait : "Il connaît parfaitement son dossier, il a cherché à me prendre en défaut ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.