Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison en appel, dont un an ferme

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
L’ancien président de la République a écopé, en appel, de trois ans de prison, dont une année ferme, mercredi 17 mai, dans l’affaire des écoutes. Il est le premier ancien chef d’État à être condamné à porter un bracelet électronique.
Justice : Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison en appel, dont un an ferme L’ancien président de la République a écopé, en appel, de trois ans de prison, dont une année ferme, mercredi 17 mai, dans l’affaire des écoutes. Il est le premier ancien chef d’État à être condamné à porter un bracelet électronique. (France 2)
Article rédigé par France 2 - N. Perez, G. Messina, N. El Abid, E. de Pourquery, J. Cordier
France Télévisions
France 2
L’ancien président de la République a écopé, en appel, de trois ans de prison, dont une année ferme, mercredi 17 mai, dans l’affaire des écoutes. Il est le premier ancien chef d’État à être condamné à porter un bracelet électronique.

Visage fermé, Nicolas Sarkozy sort de l’audience, mercredi 17 mai. Il vient d’être condamné pour corruption active et trafic d’influence à trois ans de prison, dont un an ferme, sous placement d’un bracelet électronique et trois ans de privation de ses droits civiques. “Cette décision me semble stupéfiante, elle est critiquable, contestable, en droit, en faits. Nous ne lâcherons pas ce combat-là, un combat juste, face à une décision particulièrement inique et injuste”, a déclaré son avocate, maître Jacqueline Laffont.

L'ancien président mis en cause dans d'autres affaires

L’avocate a également fait savoir qu’elle déposerait aujourd’hui même un pourvoi en cassation. Thierry Herzog a écopé de la même condamnation. “La justice a parfois du mal à reconnaître ses erreurs. Ce qui est important aujourd’hui, c’est que Thierry Herzog fait un pourvoi en cassation”, soutient l’avocat de ce dernier. Gilbert Azibert, juge monégasque accusé de corruption passive, est aussi condamné à trois ans, dont un an ferme, pour avoir fourni des informations aux deux premiers condamnés sur l’affaire Bettencourt, en échange d’une hypothétique promotion.

Les ennuis judiciaires s’accumulent pour l’ancien président, déjà condamné dans l’affaire Bygmalion. Dans l’affaire du financement libyen, le parquet national financier vient de demander son renvoi devant le tribunal correctionnel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.