Cet article date de plus de six ans.

Hayange manifeste contre le nationalisme de son maire peintre

Au début du mois, le maire d'Hayange avait repeint en bleu une statue trop "sinistre". En repeignant en bleu-blanc-rouge des wagonnets de mine, c'est à l'histoire de la région qu'il s'en prend, selon les manifestants.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Fin juillet, la municipalité FN avait déjà surpris en faisant repeindre cette statue © MAXPPP)

 Après une statue repeinte en bleue car jugée trop "sinistre ", ce sont des wagons de mine que le maire FN de Hayange a décidé de repeindre, cette fois aux couleurs tricolores. Afin de dénoncer le "patriotisme frauduleux " de leur municipalité une cinquantaine de personnes ont manifesté ce samedi dans les rues de cette ville de Moselle.

"Il s'agissait de dénoncer la tentative de réinterprétation de l'histoire et le patriotisme frauduleux du FN, qui cherche à réécrire l'histoire d'une vallée, d'une ville, d'une population" , explique l'un des organisateurs, Gilles Wobedo, également président de l'association "Hayange plus belle ma ville".

Car ce n'est pas tant les couleurs qui choquent, mais la négation d'une partie de l'histoire de la ville. Selon les manifestants, en repeignant en bleu blanc rouge ces wagonnets, la municipalité ouble que des immigrés de 16 nationalités différentes se sont retrouvés au fond des mines de la région.

"J'ai moi-même des origines italiennes"

En repeignant ces symboles du patrimoine minier aujourd'hui transformés en bacs à fleurs, le maire, Fabien Engelmann, dit lui avoir voulu "porter haut et fort nos couleurs ". "J'ai moi-même des origines italiennes, se défend-il, et ma grand-mère était ravie d'obtenir la nationalité française, donc je ne vois pas pourquoi on en fait tout un cinéma ."

Pour "rendre hommage à tous ces immigrés ", les manifestants ont alors planté des drapeaux des pays d'origine des mineurs de Hayange dans les bacs à fleurs.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.