François Bayrou s'est en revanche déclaré vendredi favorable à la gratuité des concours d'entrée aux grandes écoles

"On ne fait pas de quotas lorsqu'il s'agit des diplômes universitaires, on ne fait pas de quotas lorsqu'il s'agit de ce qu'il y a de plus républicain qui est le concours. Un concours c'est tout le monde à égalité", a déclaré M. Bayrou.

François Bayrou  (archives)
François Bayrou (archives)
"On ne fait pas de quotas lorsqu'il s'agit des diplômes universitaires, on ne fait pas de quotas lorsqu'il s'agit de ce qu'il y a de plus républicain qui est le concours. Un concours c'est tout le monde à égalité", a déclaré M. Bayrou."L'idée qu'on puisse distribuer les titres universitaires selon l'origine familiale est une idée qui, pour moi qui vient des milieux boursiers, est profondément choquante", a-t-il ajouté.
"On n'a pas besoin de la charité quand on vient de milieux moins favorisés, on a besoin de la justice, on n'a pas besoin d'avoir des quotas, on a besoin d'avoir un enseignement primaire et secondaire qui tienne la route", s'est insurgé le député des Pyrénées-Atlantiques.

Selon lui, "si on est dans cette situation-là c'est parce qu'il y a une crise de l'école".

M. Bayrou a en revanche approuvé le souhait de Mme Pécresse d'instaurer la gratuit pour tous les concours d'entrée aux grandes école. "Que le gouvernement impose la gratuité, je le soutiendrai", a-t-il assuré.