Réforme du bac : "C'est le chaos (...), pour les élèves c'est le stress à tous les étages"

Un collectif de professeurs de lycée, d'universitaires et de parents d'élève annonce dans une tribune son intention de boycotter le baccalauréat et réclame des discussions en vue d'un "retour à un bac serein".

Des manifestants contre la réforme du bac, le 5 juillet 2019 à Nancy.
Des manifestants contre la réforme du bac, le 5 juillet 2019 à Nancy. (THIERRY COLIN / FRANCE-BLEU SUD LORRAINE)

Dans une tribune publiée dans le journal Libération, "Le bac Blanquer ne passera pas", un collectif de professeurs de lycée, d'universitaires et de parents d'élève annonce leur volonté de boycotter le baccalauréat alors que le 20 janvier prochain, doivent se tenir les premières épreuves communes de contrôle continu. "C'est le chaos", lance sur franceinfo Willy Pelletier, sociologue à l'université de Picardie, coordinateur général de la Fondation Copernic qui ajoute que "pour les élèves, c'est le stress à tous les étages, des crises d'angoisse et même d'eczéma !"

Le gouvernement "contrevient à la mission de l'école"

"Le bac doit normalement garantir un traitement égalitaire des élèves, rappelle Willy Pelletier. Or là, nous aurons un baccalauréat par établissement, dans des conditions d'impréparation telles que les proviseurs s'arrachent les cheveux, les élèves paniquent, les professeurs improvisent". Pour le sociologue, le gouvernement "brutalise et contrevient à la mission de l'école qui est d'apprendre". D'après le coordinateur général de la Fondation Copernic, "les enseignants n'ont plus vocation à apprendre". 

Il doivent noter, hiérarchiser, sélectionner de futurs premiers de cordée. C'est pourquoi nous disons : carton rouge à cette révolution conservatrice dans l'Éducation nationale.Willy Pelletier, sociologueà franceinfo

Le collectif appelle donc à un boycott des épreuves et demande à "se mettre enfin autour d'une table avec les salariés de l'Éducation nationale pour examiner les conditions d'un retour à un bac serein".